Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
11 novembre 2010 4 11 /11 /novembre /2010 12:25

 

 

IRlogoLe comité interreligieux de la famille franciscaine se joint à toutes les manifestations de solidarité qui se sont exprimées envers les chrétiens d'Irak. Nous disons notre indignation face à l'attentat barbare dont ont été victimes les fidèles de l'église Notre-Dame de Bon Secours, dimanche 31 octobre à Bagdad Ils participaient simplement à la messe et priaient, en cette veille de la Toussaint. Aucun motif religieux ne peut justifier un acte aussi ignoble vis-à-vis d’aucun être humain.

 

Nous voulons souligner les prises de position très fermes des représentants de nos compatriotes musulmans, contre cet attentat odieux. De nombreux dignitaires de l'islam, de par le monde ont condamné ce massacre qui donne une fausse image de leur foi.


Cette Terre a été remise à tous les Hommes par Dieu. A nous d'en faire un lieu de convivialité, de partage et de recherche de l'Absolu dans le respect de la conscience de chacun.

Nous appelons l'état irakien à tout mettre en oeuvre pour créer les conditions favorables afin que chacun puisse vivre librement ses convictions religieuses.


Quant à nous, continuons à labourer le terrain, à semer et arroser pour que grandissent les liens de fraternité dans la paix.

 

 

Paris, 5 novembre 2010

Le comité interreligieux de la famille franciscaine :

 

Josette Gazzaniga,

Frère Pascal Aude,

Frère Alain Gautier,

Frère Jean-Marie Landrin,

Sr Gabrielle Marguin,

Rabbin Gabriel Hagaï,

Mehrezia Labidi-Maïza,

Chantal Tougui,

Saïd-Ali Koussay,

Lucette Anthonioz-Blanc,

Jean-François Gantois

Repost 0
Published by Fraternité Franciscaine Séculière - dans National et IR
commenter cet article
5 novembre 2010 5 05 /11 /novembre /2010 13:34

 

 

Pax-Christi

 

COMMUNIQUE de Pax Christi France

 

 

Le Synode des évêques pour le Moyen-Orient vient de se terminer. Il représente de toute évidence pour les chrétiens d'Orient un grand appel d'air. Les chrétiens d'Irak en particulier, qui ont tant souffert, pouvaient y trouver un nouvel indicateur d'espérance. Les fruits demandent bien entendu encore à être récoltés. Mais en Irak on était dès à présent fondé à se dire qu'un avenir devient possible sur la base d'un dialogue respectueux entre les religions et une claire reconnaissance par tous des droits de chacun.

 

Sur cette même terre d'Irak un mieux semblait par ailleurs se manifester pour la population du côté de la stabilité institutionnelle et de la tranquillité sociale.

 

Et voici que de nouveau c'est l'épreuve ! Les lueurs d'espérance et de vie qui étaient apparues à l'horizon sont ternies par la violence et la mort. Pax Christi France, particulièrement soucieux de la destinée de ses frères irakiens, veut leur dire l'horreur que tous éprouvent devant les nouvelles menées du terrorisme qui une fois de plus touchent cruellement les chrétiens, et pas seulement les chrétiens. Nous voulons exprimer du fond du coeur notre profonde solidarité avec les familles de ceux qui sont morts dans le « massacre » de la cathédrale de Bagdad et avec tous ceux qui aujourd'hui vivent dans la souffrance et l'angoisse.

 

Il n'est pas possible de se taire quand on tue avec un total cynisme l'espérance d'hommes et de femmes qui n'ont qu'une seule aspiration, vivre dans la paix et l'harmonie leur vie familiale et sociale. Nous dénonçons avec force le nouveau crime qui vient d'être commis à Bagdad et nous demandons à tous les amis de la paix et de la justice de le dénoncer avec nous. Nous remercions vivement Monsieur Mohammed Moussaoui, président du Conseil Français du Culte Musulman et Monsieur Dalil Boubakeur, recteur de la Grande Mosquée de Paris, de s'être déjà clairement engagés dans ce sens là et d'avoir condamné sans équivoque le dévoiement de la religion musulmane par des courants extrémistes. Ne pourrions-nous pas poursuivre une réflexion commune pour pallier de telles dérives et faire avancer dans ce monde déchiré le dialogue, le respect et la communion.

 

Une fois encore nous nous tournons vers nos responsables politiques. Ils ont le devoir d'intervenir pour consolider les bases si fragiles de la paix et de la sécurité en Irak, au bénéfice non seulement des chrétiens, mais aussi de tous ceux qui sont menacés et entravés dans le déroulement harmonieux de leur vie quotidienne. La France est, elle aussi, aujourd'hui dans le collimateur de forces violentes. Elle a d'autant plus le devoir d'agir – avec responsabilité – en faveur de ceux qui ont moins que nous les moyens de se défendre.

 

Ne baissons pas la garde. L'homme continue à souffrir à cause de l'homme. Nous avons donc l'ardente obligation de travailler avec une détermination renouvelée à l'instauration de la justice et de la paix.

 

 

 

+Marc Stenger

Evêque de Troyes

Président de Pax Christi France

 

 

Pax Christi France

5, rue Morère – 75014 PARIS

Tel. 01.44.49.06.36 * Fax. 01.44.49.02.15

pax.christi-France@wanadoo.fr * http://paxchristi.cef.fr

Repost 0
Published by Fraternité Franciscaine Séculière - dans National et IR
commenter cet article
16 juin 2009 2 16 /06 /juin /2009 16:24

Aux Ministres des Finances du G8                                  (traduction par fr Pjilippe Shillings)


 

Nous Franciscains, Frères Mineurs (Gouvernement de l’Ordre, Ministres et Custodes ) réunis à Assise(Italie) pour le 187ième Chapitre général en cette année 2009, 8ième Centenaire de la fondation de notre Ordre, et provenant de 110 pays du monde, pour y représenter 15000 frères qui partagent directement et concrètement les sorts de nos peuples, nous désirons vous envoyer, à Vous les Ministres de l’économie du G8, le salut franciscain de paix et bien ainsi que ce message chaleureux et fraternel.


Nous percevons dans notre société une reconnaissance insuffisante de certains droits inaliénables de la personne humaine au niveau économique , social, culturel, civil et politique, et parmi eux, le droit à la vie en chacune de ses étapes, à la liberté dans ses multiples manifestations , au travail et à l’étude, les droits de la femme et de l’enfant, sans négliger le problème crucial du chômage et du manque de solidarité avec les familles en difficulté.


Nous constatons une préoccupation croissante par rapport à une globalisation régie par les seules lois du marché, qui produit comme conséquence : l’attribution d’une valeur absolue à l’économie, le chômage, la diminution et la détérioration des services publics, la destruction de l’environnement et de la nature, la production et la vente indiscriminée d’armements, l’augmentation des différences entre riches et pauvres, la concurrence injuste qui situe les nations pauvres dans une position d’infériorité toujours plus évidente, en contraignant des millions de personnes à une émigration désespérée de leurs territoires d’origine.


Pour dépasser la crise économique nous croyons à l’engagement de transformer le style de vie actuel par une sobriété plus responsable, le partage comme alternative à la compétition, le respect de l’environnement  et la non-violence active.


A la lumière de ce qui précède, nous proposons que les gouvernements :

- Programment une économie qui représente un changement de paradigme, le passage, par conséquent, d’un modèle d’économie de libre marché à un modèle d’économie de la durabilité, qui accorde la primauté à la dimension sociale et environnementale sur celle purement économique et qui garantisse les besoins fondamentaux à tous grace à la contribution de tous.

- Encouragent des politiques de production qui évitent des produits polluants.

- Mettent en pratique des politiques énergétiques basées sur des énergies renouvelables dans le respect des écosystèmes.

- Maintiennent les engagements déjà solennellement pris concernant l’affectation des 0,7% du PIB pour atteindre les huit objectifs de développement du millénaire.

Suivant l’enseignement de François d’Assise, patron de l’écologie, reconnu dans le monde entier comme témoin de paix et de fraternité, nous sollicitons de situer la personne humaine dans toutes ses dimensions au centre de toute action politique, en demandant la promotion ultérieure:

- Du respect de la dignité et de l’égalité de la personne humaine, avec l’engagement en conséquence pour la construction du bien commun et de la destination universelle des biens.

- Un effort renouvelé en direction d’un développement durable qui garantisse la réalisation des besoins des générations actuelles sans compromettre les possibilités et les satisfactions des générations futures.

- Une croissance économique qui se conjugue avec la sauvegarde de la création et la répartition des bénéfices entre tous les pays.

Pour ce motif, nous vous demandons avec sollicitude de tout mettre en œuvre pour satisfaire, de la meilleure manière possible, les attentes et les besoins des hommes et des femmes d’aujourd’hui.


Comme Frères Mineurs nous Vous assurons de tout notre appui sur cette voie et nous Vous saluons avec les mots de François d’Assise, fondateur de notre Ordre : « Que le Seigneur Vous donne sa paix ! »

Repost 0
Published by Fraternité Franciscaine Séculière - dans National et IR
commenter cet article
13 novembre 2008 4 13 /11 /novembre /2008 10:54

Introduction spirituelle sur le thème du C.N. « Va et répare mon Eglise… »

- Lire l’épisode : 2 C. 6,10 ou L.M. 2,1a

-Méditer l’épisode :

 Il y a toujours un risque à partir d’un épisode de la vie d’un saint, qui plus est pour nous François, et de se livrer à une méditation pour aujourd’hui ! Risque du contre sens, risque de l’imitation, risque de l’interprétation. Il y a tant de distance entre lui et nous, entre son époque et la notre, entre les circonstances personnelles qui l’ont conduit dans cette chapelle St Damien et … l’objet de notre rassemblement de ce week-end.
 Pourtant, l’actualité de sa spiritualité, sa manière de vivre la foi chrétienne, avec son attachement à l’Eglise nous attire et nous fait avancer. Huit siècles plus tard, son expérience est toujours lumière pour nous.

 De plus, nous voici réunis, en Conseil national de la Fraternité, rassemblés au nom de tous les frères et les sœurs que nous représentons, pour réfléchir et approfondir  notre engagement de Fraternité à suivre les traces de Notre Seigneur Jésus-Christ. Nous nous mettons devant le Très-Haut, pour qu’il nous éclaire et nous aide à discerner sa volonté dans les décisions et les orientations à proposer.

 C’est vrai qu’il n’est pas aisé d’accueillir cette parole du crucifix de St Damien. Cela pourrait apparaitre comme une critique de la situation de l’Eglise, ou comme une attitude prétentieuse. « Va et répare mon Eglise… » est un appel à une démarche constructive, pour soi-même d’abord, et pour l’ensemble, au sein de l’Eglise.

 Comment ne pas mettre en lien cet appel fait à François, avec la réflexion la recherche et les mises en application de solutions nouvelles qui naissent dans les Eglises locales : non pas pour combler un manque, ou parer au plus urgent, mais pour permettre à chacun de vivre authentiquement son baptême.
 L’expérience du diocèse qui nous accueille, dans la mise en place de communautés est une belle application de cet appel permanent à être acteur dans l’Eglise. Ce peut être un signe pour les mouvements évangéliques d’y prendre leur part, et ainsi proposer « un nouveau visage d’Eglise ». Mgr. Rouet viendra ce soir nous en parler.

Il est important de prendre l’événement  de St Damien comme une rencontre du Seigneur avec celui qui cherche sa voie. Ce qui importe, c’est d’aider Fr dans sa quête, l’orienter, le centrer sur ce qui fait l’essentiel, ce Christ qu’il contemple.
« Seigneur, viens éclairer les ténèbres de mon cœur ... », un coeur qui ne comprend pas toujours la particularité du chemin proposé par Dieu. « Que veux-tu que je fasse, moi qui n’aspire qu’à accomplir ta volonté. » Telle est bien l’attitude de François.

 Dans la suite de tous ceux qui, au long de l’histoire biblique et de l’histoire de l’Eglise ont entendu un appel, François à son tour entend son Seigneur l’arrêter sur la route et lui proposer une mission. La  Parole devient illumination, réponse et envoi.
 Elle donne mission au chercheur de Dieu. Reste à la mettre en pratique. Et là la variété des vocations ne peut qu’enrichir l’Eglise. Chacun reçoit mission : depuis Abraham « va quitte ton pays… » jusqu’à nous aujourd’hui : Quel appel m’est-il adressé ? En quoi suis-je provoqué à aimer et faire vivre l’Eglise ?

 François :
De l’expérience de Fr à St Damien, on peut dégager plusieurs étapes, qui montrent bien que chacun réagit avec ce qu’il est : sa fougue ou son calme, son empressement ou sa retenue.

Ce n’est pas le premier et seul événement qui va décider Fr. Sa recherche vient de plus loin et se poursuivra. La quête se fait à partir de plusieurs épisodes, et le Seigneur lui dévoile progressivement ce qu’il attend de lui, sans en lui donner les recettes concrètes. Fr tâtonne, s’interroge, cherche. Mais ce jour-là, une lumière se fait.

  - Fr. se met en route tout de suite : il est homme d’action.
  Et depuis le temps qu’il cherche : voilà enfin une réponse. Il n’y a plus de temps à perdre. Allons de l’avant. Qui ne saute pas de joie à l’annonce de la solution au problème qu’il se pose ?
 Il part vendre des draps à Foligno pour en obtenir de l’argent. Il vend même le cheval avec. Toujours de l’excès chez ce jeune homme qui voit son chemin s’ouvrir devant lui.
 Fr répare, non pas une, mais trois églises au moins. Il aura fallu l’intervention de l’un ou l’autre pour le freiner. Sinon jusqu’où serait-il allé, le maçon de Dieu ?
 Mais surtout, François met la main à la pâte. De ses mains il construit, répare, quête. Il paie physiquement de sa personne et veut associer les autres. Ainsi il fera la quête des pierres dans les rues d’Assise. Quelle tête ont du faire les gens d’Assise, ses anciens compagnons de fête ! L’engagement n’est pas théorique, mais concret. Fr répond dans l’immédiat et d’une manière radicale.
 Est-ce bien ce que lui demande son Seigneur ?

 - Puis vient une seconde étape avec le temps de la réflexion :
 Fr découvre qu’il faut savoir se poser, prendre le temps de la réflexion et du conseil. La solution est sans doute ailleurs, peut-être autrement. La construction qui lui est demandée est plus  spirituelle, plus intérieure. C’est au coeur de chacun qu’il faut remettre confiance et espérance. En refusant l’argent de Fr, le prêtre desservant l’aide à comprendre cela. 
 Fr. découvre que si l’Eglise est en difficulté, c’est de l’intérieur qu’il convient de l’aimer et de la chérir, car elle est notre mère. Ce qui importe, ce n’est pas la structure humaine, avec ses imperfections, mais ce qu’elle donne. Elle est corps du Christ, réalité bien plus forte, lieu de vie et d’expression de la Foi. Vivre l’Evangile n’aura pleinement son sens qu’en fidélité avec elle.
 Plus tard, c’est encore dans une église, à la fois bâtiment et institution, qu’il vivra un moment crucial. Il entendra, avec les premiers compagnons, l’Evangile de la St Mathias. Et là aussi le prêtre lui en expliquera le sens de ce passage. « Voilà ce que je cherche, ce que je rêve d’accomplir »
   
 - une orientation de fidélité et amour :
 Dans l’effervescence des mouvements qui agitent l’Eglise, en vue d’une fidélité plus grande à l’Evangile, Fr Cherche à trouver sa place au sein de l’Eglise. Bien qu’à l’origine d’une nouvelle forme de vie, ni moine ni prêtre diocésain, il ne fait rien sans l’autorisation de l’Eglise, dans une grande obéissance, au Pape et aux Evêques.
 Ce qui l’anime, c’est cette fidélité et cet amour de son Seigneur à son égard. Comment ne pas être saisi par Celui qui se donne totalement. Comment ne pas être touché par cet amour de Dieu ? C’est le Christ qui l’a appelé à servir l’Eglise.
 C’est au cœur de l’Eglise que se vit le mystère du don total, en particulier et en son sommet dans la célébration de l’Eucharistie, ce moment où quittant son trône royal, il vient sous les espèces du pain et du vin, sur l’autel…D’où son grand respect des prêtres, si petits soient-ils.
 Comment ne pas évoquer ce grand respect de l’Eglise manifesté également dans la visite régulière aux églises et la prière qui l’accompagne : « Nous t’adorons très saint Seigneur Jésus-Christ, ici et dans toutes les églises qui sont par toute la terre, et nous te bénissons d’avoir racheté le monde par ta sainte croix. »

 Nous : 
 Comme baptisés et au sein de la  Fraternité, nous voici interpelés à notre tour par cet épisode. Nous voici aujourd’hui même, à notre tour entrant dans cette Eglise, celle de St Damien, qui prend plusieurs visages. Elle est celle qui rassemble notre communauté locale, ou notre paroisse. Elle est aussi l’Eglise Diocésaine et l’Eglise universelle. Dans cette Eglise, nous voilà invités à nous laisser saisir par le Christ, peu importe le visage qui se présente. C’est à chaque fois le même Christ qui interpelle.
 Chacun, de par son baptême entre dans la communauté. Chacun reçoit l’appel à participer à la vie de l’Eglise. Chacun est invité, comme membre de corps à œuvrer à la construction de cet édifice qu’est l’Eglise, corps du Christ. Nous en sommes les Pierres Vivantes, avec le Christ pierre angulaire.
 Plongés dans la mort et la Résurrection du Christ nous sommes le Corps du Christ. Nous voici appelés à trouver place et être acteur, pour que l’Evangile du Christ soit célébré, annoncé, et vécu, comme nous le signifie l’onction du saint chrême : prêtre, prophète et roi.
 Notre attachement à François nous rappelle cette fidélité à l’Eglise, et nous pousse à aimer l’Eglise, avec ses ombres et ses lumières. Notre engagement dans la Fraternité, membre des « groupements de vie évangélique »  nous situe au cœur de la vie ecclésiale, y apportant la particularité d’attention au plus petit, frère de tous.

Rassemblés en Conseil National, c’est cette dimension que nous sommes venus approfondir dans les réflexions et les orientations qui nous préoccupent,  
 la communication, à l’intérieur et à l’extérieur de la Fraternité
 la formation de responsables et accompagnateurs
 les jeunes : présent et avenir de la Fraternité


 
Conclusion
  Ce soir, nous aurons le témoignage de l’Evêque du lieu sur sa préoccupation de construire l’Eglise à différents niveaux, et en particulier au niveau de l’installation communautés locales confiées à des laïcs. L’expérience de l’Eglise diocésaine qui nous accueille ne peut nous laisser indifférente, car elle appelle chacun à vivre pleinement son baptême. Elle se veut comme une « conséquence de la prise au sérieux des sacrements de l’initiation chrétienne ».

 Entrons dans ce temps de Conseil National, comme en entrant dans l’Eglise de St Damien. Portons la vie et les aspirations de nos frères et sœurs de la Fraternité. Laissons-nous saisir par Celui qui nous convoque et nous unit. Demandons au Seigneur Dieu qu’il nous éclaire dans nos débats. Que son Esprit nous accompagne dans nos décisions et nos choix. Ecoutons et accueillons avec foi et confiance la réponse qu’il fit à François et qu’il nous redit : « Va, et répare mon Eglise. »

 

         Fr. Didier Brionne, ofm  Assistant National
   
  

 

Repost 0
Published by Fraternité Franciscaine Séculière - dans National et IR
commenter cet article

Présentation

  • : Fraternité Franciscaine Séculière
  • Fraternité Franciscaine Séculière
  • : Pour mener une vie fraternelle et évangélique à la manière de François d'Assise, des hommes, des femmes, des foyers se rencontrent et constituent la Fraternité Franciscaine. Ceux qui veulent en faire partie, se retrouvent et construisent, jour après jour, une communauté évangélique. Ce blog est consacré à la région PACA
  • Contact

Qui sommes-nous ?

 

Recherche

L'Olivier

Archives

Site Annexe activités hors PACA

Pages