Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
7 mars 2014 5 07 /03 /mars /2014 18:31

 

Lettre de Laurent Mvogo , Responsable de la Fraternité « Sainte Claire d’ Assise de Yaoundé au Cameroun , à notre fraternité .

 

 

                        «  Merci , bien chère Frédérique , pour les nouvelles de votre fraternité ; je viens de recevoir le Ministre National OFS et quelques personnes qu’il l’accompagnaient , c’était le 23 Janvier 2014 , dans ma paroisse .

La demande d’une pompe pour le puits du village n’a jamais abouti ; tout est politisé ici . Nous avons un puits que nos ancêtres buvaient , très profond ; il faudrait l’ aménager ! j’ai oublié comment tout cela a commencé ! En ce moment nous vivons une canicule et c’est la grande saison sèche ; les marigots sont entrain de tarir ; il faut aller chercher l’eau à 5 heures de route et quelle qualité ... Je t’assure que nous vivons par la grâce de Dieu ! les puits aussi ! d’où la nécessité d’une motopompe pour aspirer l’eau , nettoyer et aménager la source ; creuser un puits ,ça coûte cher avec une pompe à motricité manuelle . Avec une moto pompe ; on pourrait faire des jardins à coté des ruisseaux ; nous sommes en milieu de collines et le débit d ‘eau est faible ! il n’y a pas de grands cours d’eau chez moi . ( je pourrais vous envoyer le devis pro forma ; machine, tuyaux d’aspiration, tuyaux de refoulement et les autres accessoires ).

Pour autres besoins urgents : j’ai un gros handicap à me déplacer pour faire le tour des paroisses en réalisant la promotion de l’OFS ; avec ma nouvelle charge de Ministre Formateur . Il me faudrait un moyen de locomotion , au moins un engin à deux roues ( une moto , c’est très pratique ici ! ) mais, je sais que c’est dur aussi pour vous là-bas !!

Je salue tous les frères et sœurs de la fraternité frère Pacifique des Etoiles

A très bientôt .

Je t’embrasse

Pace e Bene

Laurent

 

Ps : Laurent souffre en permanence d’une sciatique !! et fait presque tous ses déplacements à pieds !

 

 

 

Fraternité «  Frère Pacifique des Etoiles » de Digne .

 

 

 

                   Notre fraternité est en relation depuis 2005 avec la fraternité «  Sainte Claire d’Assise » située proche de Yaoundé au Cameroun . Nous avons établi un échange fraternel régulier, un «  jumelage » ! et un petit groupe s’est formé, dans notre fraternité, ceux qui sont plus sensibles à cet échange.

Leur Responsable Laurent Mvogo , nous a fait part de leurs difficultés diverses et quotidiennes, nous vous joignons sa lettre .

Afin de pouvoir les aider, nous avons projeté de participer à un  « vide grenier », organisé par des œuvres caritatives de la paroisse de Sisteron  04  , (la fraternité aura donc son stand) afin de récolter un maximum de fonds pour eux qui vivent essentiellement de leurs cultures maraîchères (et quand la sécheresse est là... !) 

Nous faisons appel à vous tous, pour votre participation à étoffer notre stand . Des petits objets (tenant dans les mains) seraient les bienvenus ! Nous les récupérerons lors de notre Assemblée Générale à Sufferchoix .

Tout dons en chèques seront également bienvenus !

Nous vous en remercions par avance , ne doutant pas de votre fraternelle générosité pour nos frères et sœurs en St François au Cameroun !

 

PACE E BENE

 

 

Repost 0
Published by Fraternité Franciscaine Séculière - dans Evénementiel
commenter cet article
5 avril 2012 4 05 /04 /avril /2012 16:04

pape.jpg

 

 

                             Sainte Claire,

         exemple pour les jeunes d'aujourd'hui


 

Luca Marcolivio

ROME, lundi 2 avril 2012 (ZENIT.org) A loccasion de lAnnée sainte Claire, le pape Benoît XVI vient

dadresser à Mgr Domenico Sorrentino, évêque dAssise, Nocera Umbra et Gualdo Tadino, un message

spécial, pour célébrer la figure de la première femme disciple de saint François.

La consécration monastique de sainte Claire eut lieu, selon toute probabilité, en 1211 ou 1212 : cest donc le

VIIIème centenaire de lévénement, pour lequel le diocèse dAssise a ouvert une année jubilaire. Le choix de

Claire, dune certaine façon, complète « au féminin », la « grâce que la communauté dAssise avait

expérimentée quelques années avant, avec la conversion du fils de Pietro di Bernardone », écrit le pape dans

son message pour lAnnée Sainte Claire.

Aujourdhui encore, poursuit le pape, lordre des Clarisses, « devenu un arbre robuste, dans le silence fécond

des cloitres, continue à semer le bon grain de lévangile et à servir la cause du Royaume de Dieu ».

Le charisme de Claire et de François « parle encore à notre génération, et exerce une fascination surtout sur

les jeunes » ajoute Benoît XVI, se référant à la XXVIIème Journée mondiale de la jeunesse qui a été célébrée

le Dimanche des Rameaux.

Ce nest pas une coïncidence si la lettre du pape a été publiée justement au début de la semaine sainte :

lhistoire de la conversion de Claire, en fait, explique-t-il, « tourne autour de la fête liturgique du Dimanche

des Rameaux ». Cest justement lors des vigiles de cette solennité que Claire se serait rendue chez François

pour faire de lui le témoin de son choix.

La Legenda Sanctae Clarae virginis (biographie de sainte Claire, ndlr), citée par Benoît XVI, raconte que, le

Dimanche des Rameaux, le saint dAssise ordonna à celle qui allait devenir son disciple de se rendre,

« élégante et parée de ses bijoux » parmi la foule, pour ensuite sortir de la ville le lendemain, convertissant

ainsi « la joie mondaine en deuil du Dimanche de la Passion ».

Cest ainsi que, alors que les autres fidèles accouraient pour recevoir chacun sa palme, Claire, « par pudeur,

resta immobile et lévêque, descendant alors les marches, alla jusquà elle et lui mit une palme dans les

mains ».

La nouvelle vie de François avait divisé Assise, entre ceux qui critiquaient durement le choix du fils de

Bernardone et ceux qui, au contraire, ladmiraient. Parmi ces derniers, il y avait justement Claire, une

adolescente de famille noble qui, en rencontrant le saint, « se laissa emporter par son ardeur pour le Christ ».

ZENIT

Sainte Claire, exemple pour les jeunes d'aujourd'hui 1

Repost 0
Published by Fraternité Franciscaine Séculière - dans Evénementiel
commenter cet article
1 octobre 2011 6 01 /10 /octobre /2011 22:11

LogoFRATERNITE « FRERE PACIFIQUE DES ETOILES »





ERMITAGE ST MAXIME à RIEZ





Dimanche 6 novembre 2011

Vie de Sainte Claire par Thomas de Celano



11 h : Messe

12 h : Partage du repas

14 h : Vie et spiritualité de Sainte Claire à partir de l’œuvre de Thomas de Célano, par le père Thierry Caze du diocèse de Digne.Vie de Sainte Claire par Thomas de Celan

16 h : Prière

Repost 0
Published by Fraternité Franciscaine Séculière - dans Evénementiel
commenter cet article
15 septembre 2011 4 15 /09 /septembre /2011 15:05


Samedi 1er octobre 2011
(Auditorium du Mistral, 11 impasse Flammarion,  13001 Marseille)
9h30-12h 30
> Rentrée académique de l’Institut catholique de la Méditerranée
Conférence de Mgr Maroun Lahham, archevêque de Tunis :
«Les enjeux du 25e anniversaire de la rencontre d'Assise pour  la  situation actuelle en Méditerranée»
(Église des Franciscains, 35 rue de la Palud, 13001 Marseille)
18h30-19h30

Veillée de prière pour la paix
Dimanche 2 octobre 2011
(Oeuvre JJ Allemand, 41 rue St-­‐Savournin, 13005 Marseille)
10h30
Messe pour la paix présidée par Mgr Maroun Lahham, suivie d’un  repas fraternel
(chacun apporte un plat à partager)
(Rendez-­‐vous au kiosque des allées Léon Gambetta)
14h
 Marche silencieuse jusqu’au parvis de la Cathédrale
(Parvis de la Cathédrale)
16h-17h
Engagement solennel des religions en faveur de la paix
ICM Le Mistral 11 impasse Flammarion 13001 Marseille
0491355035 icm@icm.catholique.fr

Repost 0
Published by Fraternité Franciscaine Séculière - dans Evénementiel
commenter cet article
1 juin 2011 3 01 /06 /juin /2011 09:31

THOMASPHIL3

 

Sessions de ressourcement organisées dans le domaine de la Pène, sur la commune de Saint Geniez, près de Sisteron, par l'association ADS PEM, créée par Xavier le Pichon à la demande du père Thomas Philippe, co-fondateur des communautés de l'Arche

www.maisonthomasphilippe.fr

 

 

THPH1

Voies d'accès au domaine de La Pêne :

Merci de bien respecter l'horaire de début

des sessions qui commencent par

l'eucharistie.

Ne pas oublier d'apporter :

Serviettes de toilette et draps (possibilité

de location 8€ /session).

Le prix du transport aller-retour Gare de

Sisteron - La Pêne est de 10 €.

Le nombre de personnes est limité à

quinze par session.

La cotisation à l'association est de 30€.

Les prix des sessions sont des prix

minimum, calculés au plus juste.

Nous remercions par avance ceux qui

pourront donner plus.

THPH2

en voiture :

Nous recommandons de passer par le village

de Chateaufort :

Rejoindre Chateaufort par la D951 ou la D304.

Prendre à gauche direction Les Jaunies, la route

devient ensuite une piste, laisser sur la gauche

le hameau de Terre Basse et continuer à monter

jusqu'au domaine plusieurs fois indiqué. Cette

piste est entretenue, mais susceptible d'être

détériorée après des périodes d'orage.

par le train :

La gare la plus proche est celle de Sisteron.

Prévenez nous lors de votre inscription, puis par

téléphone et nous viendrons vous y chercher. Il

est préférable de prévoir d'arriver à la gare de

Sisteron entre 15h et 17h.

pour tout renseignement :

visitez le site maisonthomasphilippe.fr ou

téléphoner à Brigitte Le Pichon,

tel: 04 92 61 3526

mail : brigittelepichon@gmail.com


Session n° 1

Du lundi 8 août 18h au samedi 13 août 14h

Animée par Patrick et Valérie Henry avec le

père Alphonse Marie, prêtre missionnaire.

Pour mieux prier et pour chanter la

Parole de Dieu dans nos familles !

Pour retrouver ensemble la joie et le goût de Dieu et lui

donner sa place - la première - dans nos vies.

Cinq jours intenses autour d'ateliers de chants, de temps

de prières, d'échanges et de jeux adaptés aux âges des

enfants, encadrés par les parents, sans oublier la détente

en montagne.

Prix de la session : par parent 170 €, par enfant 20 €.

 

Session n° 2

Du mardi 16 août 18h au dimanche 21 août 16h

Xavier le Pichon et le père Seconde Martin

"Cinq jours à la découverte du père Thomas Philippe"

La maison Thomas Philippe porte le nom du prêtre qui

fut le père spirituel de Jean Vanier et fut à ses côtés

durant toute la période de fondation de l'Arche. C'est à

sa suggestion que nous avons créé ce lieu de vie qui

voudrait être fidèle à son enseignement. Il nous a

semblé important cette année de continuer à mieux faire

connaître le père Thomas Philippe à partir

d'enseignements, de témoignages et de partages.

Xavier le Pichon, membre de la communauté de

l'Archeest professeur honoraire au collège de France.

Le père Seconde Martin, longtemps prêtre de la

communauté de l'Arche du Chicco à Rome, présidera

les eucharisties et assurera l'accompagnement spirituel.

Prix de la session : 170 €

 


Session n° 3

Du lundi 5 septembre 18h au samedi 10 septembre 14h

Myriam Rudaz et Francis Corsmit

A l'écoute de Saint François d'Assise

Myriam Rudaz, fondatrice de l'Association romande

Akouo et auteure de la formation à l'Ecoute centrée sur

la personne et ses états du moi proposera une formation

à l'écoute.

Francy Corsmit, psychologue clinicienne et

psychothérapeute à la retraite, est membre de la

Fraternité séculière "Saint François-Sainte Claire"

d'Eguilles (près d'Aix-en-Provence).

Elle parlera de l'écoute chez Saint François.

Le Père Patrick Meaney, prêtre des Petits Frères de

l'Eucharistie du diocèse de Toulon, présidera les

eucharisties et assurera l'accompagnement spirituel.

Prix de la session : 170 €.

Accueil individuel avec direction

spirituelle à la Maison Thomas

Philippe

Avec le Père Patrick Meaney, prêtre

des Petits Frères de l'Eucharistie du

diocèse de Toulon

Durant le mois de juillet et entre le 23 août et le

5 septembre.

Veuillez nous contacter pour le choix des dates.

Prix : 30 € par jour


Session n° 4

Du samedi 17 septembre 18h au jeudi 22 septembre 14h

Dr Laurent Jacquemin

Accompagner nos malades psychiques à

la lumière de la parole de Dieu

Le Dr Laurent Jacquemin est psychiatre au centre

hospitalier de Digne les Bains.

Le Père Patrick Meaney, prêtre des Petits Frères de

l'Eucharistie du diocèse de Toulon, présidera les

eucharisties et assurera l'accompagnement spirituel.

Prix de la session: 170 €.

 

 

Bulletin d'inscription

à retourner à :

Brigitte Le Pichon

84, route de La Motte du Caire

04200 Sisteron

Joindre une enveloppe timbrée à votre

adresse, ainsi qu'un chèque de 100€

d'arrhes, à l'ordre de ADSPEM.

Nom : ....

Prénom :

Adresse :

CP: Ville:

Pays :

Tel(s):

Adresse mail : .

s'inscrit à la session n°:

du au 2011

thème :..

arrivera : en voiture / par le train

Repost 0
Published by Fraternité Franciscaine Séculière - dans Evénementiel
commenter cet article
22 avril 2011 5 22 /04 /avril /2011 00:22
claireaumatindesrameauxpte
Ouverture d’une Année jubilaire (17 avril 2011-12 août 2012)

ROME, Mardi 19 avril 2011 (ZENIT.org) - Dimanche 17 avril, fête des Rameaux, s'est ouverte, dans le monde entier, la célébration du huitième centenaire de la fondation par sainte Claire de l'ordre des « Sœurs pauvres », plus connu sous le nom de l'ordre des clarisses.

Cette Année jubilaire prendra fin le 11 août 2012 en la solennité de sainte Claire.

Pour l'ensemble des clarisses de France, une journée d'études se tiendra le 13 octobre 2011 à Paris, et un rassemblement à Lourdes aura lieu du 2 au 4 novembre 2012.

On compte aujourd'hui dans le monde environ 18.000 clarisses reparties dans 700 monastères dont 1.000 en France reparties dans 50 monastères qui ont pour unique trésor : Le Seigneur Jésus et son Évangile

__________________________________________________________________________________________

"En ce dimanche de 1212, Claire d'Assise se rend à la cathédrale pour la célébration des Rameaux. Sur le conseil de François, elle a revêtu ses plus beaux atours.

En effet, après avoir demandé conseil à François et sans doute parlé à l'évêque Guido, elle projette de quitter le soir même la maison paternelle pour réaliser son projet de se donner complètement à Dieu.

Toute absorbée dans la joie d'un tel don, elle en oublie de se déplacer pour aller chercher un rameau béni, si bien que l'évêque lui-même s'en vient vers elle pour lui remettre le rameau.

C'est cet évènement qui est le début du chemin de "conversion" de Claire et que nous avons célébré ce dimanche 17 avril. Nous sommes "nées" de cette source et c'est dans la joie que, comme Claire, nous rendons "grâce au Père des miséricordes" pour cette vie à laquelle il nous appelle. 800 ans à fêter et à célébrer!

L'ordre des Clarisses jaillit de cette vie évangélique que Claire a vécue dans la vie fraternelle, la vie pauvre et désencombrée, en lien très étroit avec François et ses frères.

 

 

 

Repost 0
Published by Fraternité Franciscaine Séculière - dans Evénementiel
commenter cet article
21 avril 2010 3 21 /04 /avril /2010 22:38

 

MTh1

 

 

En effet déjà ,lors de la fête de St François à la cathédrale de Forcalquier : engagement de Marie Thérèse ! , et , le 7 Mars à la chapelle St Maxime à Riez avec nos sœurs Clarisses : engagement de Martine .

Ces magnifiques cadeaux «  Promesses de Vie Evangéliques » reçus sur le chemin de vie de notre fraternité , nous rendent heureux et sont autant de signes de sa vitalité qui nous confortent tous et font percevoir aux cheminants , la fraternelle saveur évangélique du chemin de François vers le Christ !

ALLELUIA !!

 

 

 

 

 

 

MTh2

 

 

Marie Thérèse Bruneau

 

Ma « Promesse de Vie » 

 

 

Que dire à propos de ma « Promesse de Vie » , mon entrée officielle dans la famille franciscaine ?

Ouvrière de la 11éme heure, aspirant depuis si longtemps à marcher dans les pas de St François, je le suivais ,de loin, depuis mon enfance.

Ce jour de la fête de St François ,le 4 Octobre 2009 , en la cathédrale de Forcalquier ; qu’elle fête !! … Aboutissement et départ ……

Accompagné de mes frères et sœurs , je sentais leurs prières ,les présents et les invisibles, qui me soutenaient et m’encourageaient .

J’ai reçu tellement de grâces que j’en vivrais jusqu’à mon entrée chez le Père !

Mais ce n’est pas pour moi ; je suis au service de mes frères, en particulier , les plus faibles , les oubliés, malades , âgés , handicapés ,pour leur témoigner de la paix et la joie du Christ ressuscité !

Je suis maintenant en route derrière François et Claire ,émerveillée par le partage de nos vies en fraternité , je me nourris de toutes les rencontres , essayant d’aller de ma vie à l’Evangile ( qu’elle découverte ! ). Je suis ,vraiment heureuse de faire partie de cette famille ! Il me faut maintenant intérioriser et approfondir ce que j’ai reçu , abandonner petit à petit les fausses richesses ; pauvres compensations à mes manques ,

pour la vraie pauvreté ; là où est la vraie joie dispensée par l’Esprit .

Persévérer , même quand je suis tentée par le découragement ; chaque jour me remettre en route : le chemin est rude ,la Croix est là , mais je tiens bon un pan de la bure de François !!

Alors , avec lui , et mes frères et sœurs ,

…………….commençons !

ALLELUIA !!!

 

 

 

Repost 0
3 décembre 2009 4 03 /12 /décembre /2009 23:45
 

Moi, à Lourdes ? Jamais, faut pas rêver !

Pendant 60 ans, j’ai proféré cette déclaration péremptoire et définitive à qui voulait bien l’entendre ! Sûre de moi et qu’on se le dise !

Et ce prénom exécré dont on me rebattait les oreilles. J’ai des souvenirs d’enfance où une vieille dame chapeautée et gantée de filoselle me demandait mon nom ; Bernadette ? Oh le joli prénom… Bernadette Soubirous bien sûr ! Hi ! Hi ! Hi !

Et bien non cela ne me faisait pas rire du tout, d’autant moins que ce prénom était repris en sept exemplaires dans ma classe et par ordre alphabétique, je me situais la dernière. Ainsi le jour de la confirmation, lasse d’entendre Monseigneur tenir le même discours aux six Bernadette, je lui dis m’appeler ‘ALINE’ ! Gloussements dans les rangs derrière moi ! Et je l’entends me répondre d’une voix emplie d’émotion : « oh, mon enfant, c’était le nom de ma mère ! Soyez douce comme elle et vous serez très aimée ! 

 

Donc, je redis haut et fort : « moi à Lourdes jamais ! »

Et voilà que par la voix de Laure, l’Esprit se manifeste dans cette toute petite phrase anodine : « tiens moi, en cette année du huitième centenaire, j’irais bien à Lourdes avec le pèlerinage franciscain ! Il faut dire que Laure et moi, nous avons une certaine complicité « sororale » et qu’ensemble, nous sommes capables de petites et grandes folies ! Comme celle d’aller à Lourdes : elle avec ses 85 ans et à peine remise d’un sournois AVC, moi avec mes 70 ans, encombrée d’un Mistler James Parkinson qui ne me lâche jamais les baskets ! Encombrée surtout par cette rébellion tenace et viscérale d’un rejet sans quartier de Lourdes et de ses bondieuseries !!

 

Ne jamais dire jamais

Inscrites en bonne et due forme, nous voyons arriver le jour du départ avec quelques appréhensions ! Laure hésite, tant sa fatigue est grande, mis elle tient à ne pas me laisser tomber, moi de même j’y vais pour ne pas la laisser tomber !

Je m’entoure de gris-gris protecteurs : un chapelet musulman, cadeau reçu à la grande mosquée de Lyon et je m’invente un personnage pour un travail d’écriture : sœur de Joseph donc belle sœur de Marie. Joseph m’envoie vérifier que Marie est consentante de porter tous les jours cette robe et ce voile bleu délavé, tellement contraire à sa culture

 

Quand faut y aller, faut y aller !

Sept heures du matin, on grelotte sur le parking de La Part-Dieu, on attend le deuxième car prévu qui n’arrivera jamais !! Ca commence bien ! « Si vous voulez, je peux laisser ma place, j’irais l’année prochaine » « Que nenni ma mie, le rendez-vous, c’est cette année »

Voyage superbe, que la nature est belle, et qu’il fait bon être ensemble ! Et moi qui craignais que l’on me bassine les oreilles avec moult « Ave, Ave, Ave Maria » ; j’e n’ai même pas eu besoin de sortir le chapelet musulman !

Arrivée à peu près dans les temps, accueil chaleureux, installation rapide, nous sommes quatre dans la chambrée, nous devenons vite copines ! Trois sourdes et quatre ronfleuses ! Cela promet de belles nuits et de doux réveils !

 

La vie à Lourdes commence

Une vie où le tordu, le boiteux, le ‘pas bien fini’ sera servi le premier ! tout est fait pour que ce bancal soit le prince du jour et des lieux… (texte de François sur le lavement des pieds)

Nous les malades et autres bancals…

. Nous ne pouvons laisser tomber la moindre petite cuiller sans que trois ou quatre bénévoles se précipitent pour la ramasser et nous en apporter une autre.

. Nous pouvons, de nos lits d’insomnie, sonner de jour comme de nuit et un ange vient vous demander ce que vous désirez. Séance tenante, on vous apporte le réconfort sollicité.

. Nous ne pouvons quitter notre étage qu’accompagnés par une hospitalière ou un brancardier. Le pompon est le déplacement en ville et dans les sanctuaires. D’office, un brancardier costaud, jeune et bien fait1 vous prend dans ses bras et vous pose dans une carriole à capote bleue… on vous enveloppe comme un nourrisson dans une couverture à carrés de toutes les couleurs, tricotée par de pieuses dames du monde entier ! Si le temps est à la pluie, on vous met une deuxième couche de « protection » imperméable, on relève la capote pour la pluie ou le soleil et vogue la carriole, plutôt le carrosse royal, digne de toutes les « Sissi » du monde. Pendant ces huit jours, nous avons été les « Sissi du Bon Dieu et de sa douce mère » !

En ville, le brancardier suit scrupuleusement le tracé rouge sur le sol qui nous conduira aux sanctuaires par les rues commerçantes de la ville. Un magasin sur deux peut combler votre désir de souvenirs en tout genre, et il y z autant de restaurants et de café-bistrots où il fait bon siroter une menthe à l’eau ou une bonne bière au retour de La Grotte ! L’eau de Lourdes, on y croit, mais faut pas tout mélanger!

Par moment, cela prend un petit air de kermesse, pour le bonheur de tous ! Je me suis laissé dire par un brancardier alsacien chevronné que les anges2 gardiens se réjouissaient de voir cette ambiance et qu’il leur arrivait d’esquisser un pas de danse !!!

. Nous sommes réveillés dès potron-minet par une voix criarde et écorchée d’un frère qui nous invite à la prière !!! Personne ne peut y échapper car, modernité oblige, les chambres sont sonorisées avec un central au fonctionnement douteux qui coupe toutes les deux minutes !!! Nous sommes héroïques de tenter de chanter la gloire de Dieu dans ces conditions… Puis une voix qui se voudrait câline et légère, nous donne le programme de la journée. Très peu écoutent et retiennent mais l’invitation au petit déjeuner, tout le monde l’entend et la comprend ! Servis et choyés comme des coqs en pâte !3


Deux grands moments

Le passage par la piscine et le sacrement des malades… Alors là « J’ai rien à dire ou alors trop et ça serait beaucoup trop long » (Anne Sylvestre)

  • La piscine : après une longue.. longue attente, on vous emporte dans un petit, petit local et en moins de temps qu’il faut pour le dire, vous vous trouvez nue dans les bras d’une chaleureuse « Mama » italienne ou germanique, trempée dans l’eau ni froide, ni chaude, rhabillée sans être essuyée mais tout va bien et sortie toute guillerette ! un merci tout particulier à ma « Mama » qui elle portait aussi le nom de ma mère : Gabriella !!! une vraie remise au monde, deuxième sortie des eaux matricielles !

  • Le sacrement des malades ! loin d’être une extrême onction, c’est plutôt un temps convivial et festif : environ une bonne centaine de malades et accompagnateurs, cela peut faire une vraie fête !

Pour cette célébration, il m’avait été demandé de dire quelques mots de ce cheminement du Jamais à pourquoi pas… Les conditions pour préparer une « intervention » n’étaient pas vraiment requises, donc après m’être retirée pour prier, j’ai tenté de parler d’abondance du cœur, mais les larmes sont intervenues trop vite… et voilà que je pleure comme une Madeleine.. Un peu de retenue quand même !!! Devant un évêque !!! Que va penser Mgr Grallet ? Et bien, Jean-Pierre Grallet, tout Monseigneur qu’il soit, vint se mettre à mes côtés et me soutint du regard et d’un sourire ouf ! Le cocasse dans l’histoire est qu’on me félicita pour mon intervention et qu’on me demande ce papier…mais je n’ai rien dit !!! Je vous assure. Simplement ce flot de larmes a rejoint celles retenues d’une assemblée de frères et sœurs !!! 4


Deux autres grands moments

Plus privés : un matin, je demande à P. brancardier sympa, sympa, de m’emmener dès la pointe du jour à la grotte. J’espérais arriver avant tout le monde, avoir pour moi toute seule et la grotte, et la vierge et les cierges et tout et tout et tout ! Raté ! Allez ma belle, retour à la case départ. Trempés par une pluie tenace nous courons nous mettre à l’abri du côté des cierges ! Là, aucun pèlerin mais l’homme d’entretien qui nettoie les plateaux. Comme deux gamins qui jouent avec des allumettes, nous jetons notre dévolu sur un cierge tout malingre, remisé dans un coin parce que tordu et bancal lui aussi !! . Ici à Lourdes, il a quand même ses chances. Alors, à cette heure encore fort matinal, grelotant sous la pluie, nous avons égrené notre litanie perso en alternance : la sienne, la mienne. La flamme de notre cierge était bien vacillante comme notre foi mais vaillante quand même malgré le froid et la pluie!

Et ça durait, et ça durait ! Toute la parentèle a défilé… et Karim et Floriane, tous les voisins, les amis. Nous étions gelés « et si nous avions de l’eau dans les yeux ce n’était pas que de la pluie ! »

Vite, vite retour au centre pour un petit déjeuner-réconfort puis départ officiel pour la piscine

«  Dis, pourquoi dans la vie de tous les jours, on ne vit pas plus souvent ces temps de communion ? Pourquoi on court toujours après le temps, après le fric ??? Pourquoi, on doit toujours être au top niveau ?? » Questions essentielles. « Et pourquoi, je suis malade, pourquoi moi ??? »

 

Et mon enquête ?

Il me faut remplir le contrat avec Joseph, je ne voudrais pas le décevoir.

Le jeudi de l’ascension, quartier libre à condition de rester avec son brancardier. Ayant oublié sur ma table de nuit à Lyon tous mes papiers et argent, et n’ayant pas du tout l’intention de faire du lèche vitrine, ni de retourner dans les lieux pieux, je prie mon brancardier JF de faire plutôt dans l’insolite !

Le temps est splendide.

Et nous voilà pour plus d’une heure sur la terrasse peu connue du centre N D. avec une vue à 360 ° à vous couper le souffle ! Plus de parole, plus de bruit, plus d’agitation, seulement le silence de la contemplation et de la louange

 

Cerise sur le gâteau

JF, à qui j’ai conté mes réticences, excellent pédagogue, m’emmène pour un fabuleux et inoubliable rendez-vous ! Je resterai sobre, mais sachez que Marie, ce jour là portait une robe blanche, un peu rustique, un peu rugueuse, tricotée dans de la laine de mouton… la laine des moutons des Pyrénées, elle m’a autorisé à mettre ma main sur son ventre et j’ai senti les vibrations de la vie comme pour toutes les femmes du monde.

 

Que dire de plus ???

Ah si si !!!

Des franciscains en fête, c’est rigolo ! Les bures virevoltent dans tous les sens ! Des franciscains qui causent, c’est souvent très intéressant, des franciscains qui chantent, c’est souvent très gai, des franciscains qui prient c’est admirable, mais le top du top ce sont des franciscains qui prennent soin de l’autre, qui lavent les pieds comme le Seigneur et François leur ont montré… si, si, ça existe !alors, là c’est beau à en mourir !!!!

 

 

Moi, à Lourdes ? J’en rêve ! Vivement l’année prochaine ! Et oui, souvent femme varie !!!

 

Merci Laure !

Merci l’homme des rendez-vous !

Bernadette Wecxsteen

Francheville (69)

1 Idée reçue n° Les bénévoles qui vont à Lourdes sont tous moches et vieux

2 Idée reçue n° à Lourdes, on y va pas pour rigoler !

3 Idée reçue n° à Lourdes, on mange mal. Mais si on pense aux pauvres.. pauvres, cela passe mieux !

4 Idée reçue n° on ne pleure pas en public, c’est indécent !

Repost 0
6 septembre 2009 7 06 /09 /septembre /2009 19:41
Voici un site à consulter, http://www.francoisdassiseaujourdhui.fr/
surtout après le colloque des Bernardins pour celles et ceux qui
n'auront pas pu y participer......
Repost 0
8 juin 2009 1 08 /06 /juin /2009 12:49
Elisabeth Barrera qui était centenaire et vivait depuis plusieurs années aux Dames de St Maur à Marseille vient de décéder . Malheureusement , nous l'avons appris trop tard par la presse : une cérémonie d'obsèques a eu lieu ce matin lundi 8 juin à 10 h aux Dames de Saint Maur . J'aimais beaucoup Elisabeth mais n'ayant jamais fait partie de son groupe , je n'ai pas de souvenirs bien particuliers et personnels . Si parmi tous ceux qui consultent ce blog , il y en a qui ont des photos d'elle ou qui accepteraient de relater quelques souvenirs , je serai très heureuse de les publier ici .
Marie Ange Rossollin
Repost 0
28 mai 2009 4 28 /05 /mai /2009 13:09

==================================================
ZENIT, le monde vu de Rome
Agence d'information
==================================================



 
ROME, Mardi 26 mai 2009 (ZENIT.org). - 152 frères mineurs, représentant quelques 15.000 religieux présents dans plus de 110 pays, sont réunis depuis dimanche et jusqu'au 20 juin à Assise (Italie), pour célébrer le 187ème chapitre de l'ordre fondé par saint François.

Le logo de la rencontre Verbum Domini nuntiantes in universo mundo (Annonciateurs de la Parole du Seigneur dans le monde), place au centre des travaux le thème de l'annonce de l'Evangile et de la mission franciscaine.

Dimanche, 181 frères (152 délégués et 29 membres du secrétariats, traducteurs, interprètes et assistants), provenant de toutes les régions du monde, se sont rassemblés sur la place de la grande Basilique Sainte-Marie-des-Anges.

Tous sont ensuite entrés solennellement dans la Basilique pour assister à la messe célébrée devant la petite chapelle de la Portioncule, restaurée par saint François et choisie par lui comme centre de tout son mouvement.  

Dans son homélie, le ministre général sortant, le père José Rodriguez Carballo, a souligné l'exigence d'annoncer l'Evangile en utilisant la force de Paul et la spontanéité de François, là où cette mission est également cause d'épreuves et de souffrances.

« Allez, frères mineurs, nous dit encore aujourd'hui l'Esprit du Seigneur, non comme des maîtres de la vérité, mais comme de simples serviteurs, et ce que vous avez reçu gratuitement, donnez-le gratuitement », a-t-il dit. 

« Allez, a-t-il ajouté, et annoncez à tous ceux que vous rencontrez le long des routes et sur les places des villes leur condition de fils et filles d'un seul et même Père, vos frères. Allez et évangélisez en collaboration avec les laïcs, hommes et femmes, jeunes et moins jeunes ».

« Allez et quelque soit l'endroit et dans toutes les activités, témoignez des valeurs évangéliques en restant aux côtés des personnes qui ne connaissent pas encore Jésus ». 

« Certes, les difficultés ne manqueront pas, mais le Seigneur est celui qui nous dit : Courage, n'ayez pas peur », a encouragé le père Rodriguez Carballo. 

Successivement, dans l'auditorium de la Domus Pacis, après l'intervention du ministre général, les participants au chapitre ont été salués par l'évêque d'Assise, Mgr Domenico Sorrentino et par le fr. Bruno Ottavi, ministre provincial des frères de Ombrie. Le maire de la ville, Claudio Ricci, avait également fait parvenir un message.  

Tous les frères, de manière individuelle ou en groupes, qu'ils soient présents ou non, peuvent faire parvenir leurs avis au chapitre sur des questions qui concernent la vie de l'ordre.

Le chapitre général a pour tâche d'examiner et de protéger le patrimoine et la vie de l'ordre, de chercher de nouvelles voies et de nouveaux moyens pour favoriser sa croissance et faire en sorte qu'il garde toute son actualité.

La première semaine de travaux est consacrée au dialogue et à la connaissance réciproque entre délégués, ainsi qu'à la situation générale de l'ordre, examinée sur la base de la Relation que le ministre général a présenté aux membres du chapitre ; la deuxième semaine, le 4 juin précisément, sera élu le nouveau supérieur élu à la majorité absolue, en présence de l'envoyé du pape, le cardinal Jose Saraiva Martins ; tandis que la troisième et quatrième semaine les pères discuteront de l'orientation de l'ordre pour les six prochaines années.

Lors de la conférence de presse organisée à Rome le 22 mai, le père José Rodriguez Carballo a présenté les travaux du chapitre, évoquant les différents « défis missionnaires » auxquels les participants tenteront de répondre, en particulier celui de l'inculturation et du renouveau du langage qu'ils souhaitent « plus humble, plus sage et moins guindé », le tout toujours accompagné d'un témoignage cohérent de vie.

Le ministre général a ensuite rappelé le travail d'évangélisation réalisé par les frères mineurs au sein des paroisses et dans les quelques 800 centres d'éducation et universités, permettant au charisme franciscain de garder toute sa vitalité dans le monde, et aux religieux de former ensemble des outils de dialogue oecuménique et interreligieux. 

Le père Rodriguez Carballo a aussi mis l'accent sur le caractère actuel d'une vocation dite de « minorité » qui consiste à « choisir les derniers et les opprimés pour être solidaires avec eux et annoncer l'espérance ».

Saint François, a-t-il expliqué, était « surtout un croyant », bien qu'on l'ait souvent décrit comme « un révolutionnaire social et politique. François est un révolutionnaire de l'Evangile ».

A la fin de la conférence, le père Carballo a présenté la médaille commémorative des 800 ans de l'ordre franciscains (1209-2009), expliquant ses symboles : sur une face la colombe de l'Esprit Saint, « le vrai ministre général » selon saint François ; sur l'autre la représentation du chapitre général conduit par le Poverello d'Assise, qui montre à ses frères la voie qu'ils doivent prendre pour se convertir, indiquant le visage du Crucifié qui lui parla à saint Damien.  

Actuellement, le nombre de frères mineurs présents sur les divers continents s'élève à 14. 724 ; en 2005, ils étaient 15.795 et environ 22.000 en 1930. Bien que le nombre soit en baisse en Europe occidentale et centrale, ainsi qu'aux Etats-Unis et au Canada, leur situation reste toutefois stable en Amérique latine. Les vocations sont par contre en hausse en Europe de l'est, en Asie et en Afrique. 

Actuellement le nombre des évêques appartenant à l'ordre des frères mineurs est de 104. La plupart d'entre eux se trouve en Amérique latine.  

Pour plus d'informations: www.ofm.org

===========================================
ZF09052602
26-05-2009
===================================================

Repost 0
28 mai 2009 4 28 /05 /mai /2009 12:58

JEAN-FRANCOIS FOURNEL

Dans le cadre du 8e centenaire de la fondation des franciscains, des reproductions des fresques de Giotto représentant la vie du « poverello » d’Assise circulent dans les prisons françaises. Reportage à la maison d’arrêt de Bois-d’Arcy

Le petit groupe s’avance presque timidement vers la première fresque. À dessein, le conférencier a choisi, pour commencer, un panneau représentant le jeune François au tribunal, accusé par son père, le riche marchand de draps Pietro Bernardone, de lui avoir volé une étoffe pour financer la restauration d’une vieille chapelle. « Un saint au tribunal ? Ça c’est dingue… », s’exclame Jacques (1). La conférencière, une laïque membre des Fraternités franciscaines, visiteuse de prison pour l’occasion, saisit la balle au bond. « Eh oui ! Il n’a pas eu la vie toujours facile. En plus, il a été prisonnier pendant un an, lui aussi. Alors, la détention, il a connu. »

Jacques hoche la tête en silence ; on ne saura pas ce qu’il pense au fond de lui, mais il ne quittera plus la guide d’une semelle, passionné par ce qu’il apprend dans cette drôle de bande dessinée accrochée dans la salle polyvalente de la prison de Bois-d’Arcy (Yvelines). Comme lui, près de 80 détenus se sont relayés par petits groupes autour de ces panneaux reproduisant les nuances délicates des fresques du maître italien Giotto, qui révolutionna la peinture européenne au XIV siècle.

L’initiative en revient à Élisabeth de Balanda, responsable des éditions Ars Latina, spécialisées dans les expositions et les beaux livres sur le monde latin. « Je m’intéresse depuis toujours au patrimoine intransportable, celui qui ne peut quitter son lieu de création. J’ai donc imaginé ce procédé de reproduction, qui permet à toute sorte de gens de profiter de ces œuvres magnifiques sans faire le voyage. C’est en écoutant l’émission “Le téléphone du dimanche” sur Radio Notre-Dame que j’ai eu l’idée d’en faire bénéficier les détenus. En découvrant la détresse de ces familles envoyant par l’intermédiaire de la radio des messages à leurs proches, je me suis dit que, même derrière les barreaux, on avait droit à la beauté. »

L’idée de l’exposition a tout de suite recueilli l’adhésion des franciscains.

L’idée recueille immédiatement l’adhésion des franciscains auxquels elle la soumet, dans le cadre du 8e centenaire de l’ordre né de saint François. « Nous avons dit oui immédiatement, souligne le P. Thierry Gournay. Cette initiative est dans la droite ligne de l’Évangile : Dieu ne considère pas un homme pour ce qu’il a fait, mais pour ce qu’il peut devenir. Les lieux de crise et d’exclusion comme les prisons sont aussi ceux qui disent le mieux l’Évangile. Il suffit d’un regard pour transformer un brigand en frère. Cela, notre fondateur nous l’a appris quand il a recommandé à ses amis de donner à manger à des voleurs qui les effrayaient : ensuite, les voleurs ont suivi la communauté. »

Transformer des loups en anges ? « N’exagérons rien », tempère Yannick Le Corre, visiteur de prison et président de l’association éducative et sportive de Bois-d’Arcy, qui a assumé une bonne partie de l’opération. « Mais les détenus ont fait preuve d’une attention incroyable à l’occasion de ces visites guidées qui duraient une heure et demie, une durée exceptionnelle pour ce type de public. Moi qui organise depuis des années des spectacles en détention tournant parfois à la récréation, je peux vous dire que maintenir aussi longtemps leur intérêt tient de l’exploit. »

Magie de la vie et du message de saint François, mais aussi qualité des intervenants choisis pour animer les visites. À Bois-d’Arcy, l’exposition a été organisée à la demande de l’aumônerie, et les commentaires sont sous la responsabilité de personnes extérieures, toutes membres de la famille franciscaine. « Au-delà de la beauté des fresques, ce qui compte, c’est la qualité de l’échange avec les détenus. Et pour cela, la vie de François est un formidable support, explique Violette Canelle, présente ce jour-là. Il a renoncé à une existence facile de gosse de riche pour épouser une vie misérable ; il a défendu les plus pauvres, les exclus… Croyez-moi, ce message-là passe cinq sur cinq avec les prisonniers. »

Jacques, qui saisit le dialogue, hoche à nouveau la tête. Mais cette fois, il rompt le silence : « François, c’était un gars comme nous, et j’ai jamais rien vu d’aussi beau. En plus, c’est bien d’avoir quelqu’un pour commenter. Pour moi, c’est trop difficile avec les notes sous les tableaux : je sais pas trop lire. » Parfois, la conversation peut être un rien musclée, comme la provocation de Gilbert (1) vis-à-vis de Charles Coulon, l’autre conférencier du jour : « Ton François, là, il a dit : “Tu ne tueras point”. Et si c’est ton pays qui te le demande pour partir à la guerre, il fait quoi, là ? » Avant de lui taper sur l’épaule… « Allez, t’en fais pas, je sais bien que t’as pas toutes les réponses. C’était quand même vachement bien de parler avec toi. C’est pas si souvent qu’on vient nous voir… »

(1) Les prénoms des détenus ont été changés.

http://journal-en-ligne.la-croix.com/ee/lacr/_main_/2009/05/27/021/?article=7

 


 


Repost 0
16 mai 2009 6 16 /05 /mai /2009 23:00
par Florence de Maistre
Le franciscain Mgr Jean-Pierre Grallet, archevêque de Strasbourg, accompagnera le pèlerinage franciscain de l'Ascension à Lourdes, du 18 au 23 mai 2009. Il nous éclaire sur les charismes et l'actualité de la spiritualité franciscaine.

Qu'est-ce qui caractérise la spiritualité franciscaine ?

Grallet Jean-Pierre - Strasbourg
La spiritualité de St François est très vaste et en même temps elle ne prétend rien d'autre que d'être accueillant et de mettre en pratique l'Évangile du Christ. St François ne cherche pas l'originalité. Il veut suivre le Christ dans la forme de vie religieuse. Il insiste sur l'expérience de pauvreté comme chemin de liberté intérieure. Et il invite à vivre la fraternité au sein des communautés et à l'extérieur avec une attention aux plus pauvres. Il en a d'abord une vision théologique : puisque nous sommes enfants de Dieu, nous sommes tous frères. Puis il a cette grande audace d'appeler les éléments de la nature « frères et sœurs », dans le célèbre cantique de Frère soleil ! C'est la grande joie à laquelle il invite et qu'il s'efforce de vivre lui-même qui me frappe. François détecte dans le dépassement de la tristesse un signe de la grâce. Dans le cœur du croyant, la joie c'est l'expérience d'être aimé de Dieu ! Elle est d'une très grande densité humaine et spirituelle, d'une grande légèreté aussi.
 

En quoi cette intuition est-elle toujours d'actualité ?

Rendre grâces à Dieu reste d'une profonde actualité ! Dans une société frileuse qui a peur de l'altérité, le sens de Dieu, ce Tout Autre si différent de nous, peut apparaître très éloigné. Pourtant, il nous attire et nous transforme. Le sens de Dieu, source de tout bien, est profondément provoquant dans la société contemporaine. Il nous oblige à lever la tête. Par temps de crise, il est précieux de se rappeler que le tout de l'homme ne dépend pas du tout économique. L'expérience de pauvreté spirituelle invite à ne pas se tromper de Dieu et à regarder nos véritables biens, qui mènent au bonheur. La fraternité vient aussi bousculer les individualismes ambiants et redonner un peu de chaleur humaine. Et est-on véritablement heureux dans la surabondance de notre société de distractions ? La joie permet à chacun de retrouver en lui les racines du bonheur, la certitude, quelles que soient les conditions, qu'il y a toujours un bien supérieur qui nous est partagé : la charité même de Dieu !
 

Que retenez-vous dans les festivités de ce huitième centenaire de l'Ordre ?

Il faut d'abord se rappeler la chance de l'Église d'avoir un disciple du Christ né en Ombrie (Italie) au XIIIe siècle. La chance, qu'il ait entendu la Parole résonner en lui et qu'il ait voulu en vivre tout simplement. Avec François, l'humilité a retrouvé ses lettres de noblesse ! La grandeur de Dieu s'exprime mieux si son messager est humble. Pour ma part, je vais très volontiers me mettre en tenue de pèlerin et accompagner la démarche nationale à l'Ascension pour m'offrir à la grâce de Dieu. Nous sommes tous des pèlerins et des étrangers sur cette terre. Nous n'avons pas de bonheur permanent : nous sommes en marche vers le bonheur céleste ! St François demandait aux frères d'être des itinérants. Pour bien marcher, il faut savoir se désencombrer et voyager léger, il faut avoir des compagnons pour se soutenir les uns les autres, et avoir une ambition, une large vision. Le pèlerinage est une très belle symbolique de la vie chrétienne.
Repost 0
11 mai 2009 1 11 /05 /mai /2009 12:01

==================================================
ZENIT, le monde vu de Rome
Agence d'information
==================================================


Allocution du P. José Rodríguez Carballo, ofm


ROME, samedi 9 mai 2009 (ZENIT.org) - Nous publions ci-dessous le texte de l'allocution prononcée par le père José Rodríguez Carballo, ofm, ministre général franciscain, à l'arrivée de Benoît XVI dans la basilique du Mémorial de Moïse sur le Mont Nebo.

* * *

Très Saint Père, veuillez recevoir au nom de tous les Frères Mineurs qui vivent en Terre Sainte et de tout l'Ordre le salut de saint François : Que le Seigneur vous donne la Paix !

Ici, sur le Mont Nebo, aux portes de la terre promise, nous vous souhaitons la bienvenue au début de votre pèlerinage en Terre Sainte. Ici, Moïse, au terme de l'exode, eut la grâce de voir la terre que le Seigneur avait promise à son peuple. La promesse de Dieu devenait finalement réalité. Moïse avait conduit Israël pendant quarante ans. Pendant quarante ans, il avait été la voix de Dieu pour le peuple et la voix du peuple auprès de Dieu. Il avait reçu du Seigneur la loi et l'avait transmise à Israël afin qu'il l'observe. Il avait aidé le peuple à grandir dans la foi, l'exhortant et le soutenant dans les moments de découragement mais l'admonestant et le reprenant aussi lorsque la tentation des oignons d'Egypte se faisait plus forte. Grâce à Moïse, Israël avait appris à mieux connaître son Seigneur : un Dieu prévoyant qui n'abandonne jamais son peuple. Un Dieu qui, durant le chemin, est lumière dans les ténèbres et repos de la fatigue. Un Dieu qui tient compte des besoins de s
 es fils au travers de la manne du ciel et de l'eau de la roche. Un Dieu qui descend dans une tente pour demeurer au milieu d'eux et, avec eux, se fait pèlerin. Ainsi, Moïse non seulement conduisit le peuple de l'Alliance vers cette terre mais surtout le conduisit à son Seigneur et Sauveur.

Très Saint Père, vous avez voulu vous faire aujourd'hui pèlerin, nous rappelant que telle est la condition du peuple de Dieu. Au cours de ce voyage, vous n'êtes pas seul. Nous désirons vous accompagner, mieux, vous suivre, comme par un temps le peuple d'Israël avait suivi Moïse et s'était fait conduire par lui. Nous aussi aujourd'hui, nous nous sentons comme dans le désert et nous avons besoin de celui qui nous conduit au Seigneur, de quelqu'un qui nous aide à le connaître toujours plus comme un Père prévoyant et miséricordieux, comme notre Seigneur Jésus Christ nous l'a révélé. Souvent, en effet, nous sommes pris par le découragement et par la peur lorsque le chemin se fait âpre et dur. Parfois, il semble que le mal prévaut. Partout, nous voyons des guerres et des violences. Il existe encore tant de pauvreté qu'elle écrase une grande partie de l'humanité alors que les droits humains les plus élémentaires sont foulés aux pieds. La soif de richesse et de pouvoir fait que les h
 ommes n'hésitent pas à dévaster la création qui leur avait été confiée afin qu'ils en prennent soin. La foi en la promesse de la terre où coulent le lait et le miel, dans le Royaume qui croît sans faire de bruit comme une petite graine de moutarde, risque de s'évanouir dans nos coeurs et nous risquions d'être tentés d'abandonner la charrue et de nous retourner.

Ici, sur ce mont, l'un de nos confrères, frère Michele Piccirillo, que le Seigneur a récemment appelé à Lui, a dédié sa vie entière afin de nous permettre de goûter la beauté de ces lieux, nous restituant les chefs d'oeuvre perdus et enfouis par les siècles. Son oeuvre, outre son immense valeur scientifique, nous enseigne qu'il est dans la nature profonde de l'homme d'aller toujours à la recherche de la vraie beauté. Très Saint Père, au cours de ce pèlerinage, nous nous confions à vous. Portez nos supplications aux Seigneur et adressez-nous, une fois encore, cette Parole qui est la seule à pouvoir nous donner le salut. Aidez-nous à redécouvrir la beauté de notre vocation, la beauté d'être disciples du Ressuscité. Alors, comme les disciples, nous aurons le courage de laisser derrière nous notre cénacle, comode et sûr, pour nous mettre à nouveau sur les routes du monde, en témoignant à tous la joie de Pâques.

Frère José Rodríguez Carballo ofm

Ministre général



===========================================
ZF09050909
09-05-2009
===================================================
Cette nouvelle est de l'Agence ZENIT.

Repost 0
4 mai 2009 1 04 /05 /mai /2009 15:56


« S'informer » mais aussi « voter », enjeux et responsabilité

ROME, Mercredi 29 avril 2009 (ZENIT.org) - « S'informer » mais aussi « voter », « Promouvoir la paix », « Développer la solidarité » et « Changer nos modes de vie » : par ces quatre invitations argumentées, les évêques de France invitent les catholiques à ne pas bouder les urnes européennes lors du scrutin. Ils mettent en évidence les enjeux et les responsabilités de chaque citoyen.


Ces élections européennes se dérouleront du 4 au 7 juin, dans les 27 États membres de l'Union européenne. Ce sont les septièmes élections européennes au suffrage universel direct. Suivant les dispositions du traité de Nice, elles doivent permettre l'élection de 736 députés européens, représentant plus de 500 millions d'habitants et environ 375 millions d'électeurs dans les 27 États membres de l'Union. Il s'agit des plus grandes élections transnationales jamais organisées.

Le nouveau Parlement européen se réunira en juillet 2009.

Pour tout renseignement sur ces élections, on peut aussi se rendre sur le site Internet spécial élections 2009 mis en place par le Parlement européen.

Déclaration des évêques de France en vue des élections européennes

S'informer et voter

Les élections des membres du Parlement européen auront lieu, en France, le dimanche 7 juin prochain. Même si les sentiments des Français à l'égard de l'Europe restent partagés, ces élections revêtent un enjeu d'importance, surtout dans les circonstances actuelles.

Le Parlement européen est le seul organe de l'Union européenne à être élu au suffrage universel direct, depuis 1979. Voter est toujours un devoir pour le citoyen mais, pour ne pas se tromper d'enjeu, cela nécessite une information sérieuse.

Promouvoir la paix

Depuis plus de cinquante ans, le développement de l'Union européenne a été un facteur de paix et de prospérité pour l'ensemble des pays qui en ont été les fondateurs ou qui l'ont rejointe, au fil des élargissements.

Aujourd'hui l'Europe est confrontée, comme le reste du monde, à la crise financière et à ses graves conséquences économiques. Bien des peurs, des crispations identitaires ou des tentations de repli sur les particularismes nationaux ou régionaux peuvent se faire jour, alors que l'issue ne peut se trouver que dans la concertation et dans une plus grande solidarité, compte tenu de l'imbrication de plus en plus forte de nos économies.

Développer la solidarité

Derrière la crise financière se profile aussi une crise de société. Une société individualiste creuse l'écart entre riches et pauvres et accentue l'exclusion des plus faibles. La solidarité doit s'exprimer dans un modèle social qui respecte pleinement la dignité de tout homme, en particulier du plus faible, dans chaque pays comme au sein de l'Union. L'homme n'est pas seulement un consommateur ou un producteur mais il porte aussi des valeurs sociales, familiales, culturelles et spirituelles.

Nous ne pouvons pas réclamer uniquement la solidarité pour nous-mêmes ou la limiter aux frontières de l'Union. Elle doit aussi se concrétiser dans l'action extérieure de l'Europe, dans sa politique de développement, des migrations et de l'environnement.

Changer nos modes de vie

La construction d'un tel modèle de société ne se fera pas spontanément et aucun Etat ne peut le faire seul. Cette construction demande des changements importants dans nos modes de vie et de consommation. Elle implique donc des décisions et des arbitrages politiques courageux, au niveau national comme au niveau européen.

Aujourd'hui plus que jamais, il est important que la France envoie au Parlement européen des femmes et des hommes de conviction qui s'engagent à y défendre le respect de tout homme et de tout l'homme.

Les évêques de France




===========================================
ZF09042907
29-04-2009
===================================================
Cette nouvelle est de l'Agence ZENIT.

Si vous souhaitez recevoir les nouvelles de ZENIT vous pouvez vous abonner gratuitement en cliquant sur:
http://www.zenit.org/spanish/subscribe.html

ZENIT est une agence internationale d'information.
Consultez notre site :
http://www.zenit.org

Les services de ZENIT sont gratuits pour usage personnel.
La reproduction des services de ZENIT n'est possible qu'après accord écrit de l'éditeur, qui peut être demander en cliquant sur :
http://www.zenit.org/spanish/reproducion.html

(c) Innovative Media Inc.
===================================================
        
Vous pouvez envoyer cette information à un ami en cliquant sur :
http://www.zenit.org/article-20825?l=french


Repost 0

Présentation

  • : Fraternité Franciscaine Séculière
  • Fraternité Franciscaine Séculière
  • : Pour mener une vie fraternelle et évangélique à la manière de François d'Assise, des hommes, des femmes, des foyers se rencontrent et constituent la Fraternité Franciscaine. Ceux qui veulent en faire partie, se retrouvent et construisent, jour après jour, une communauté évangélique. Ce blog est consacré à la région PACA
  • Contact

Qui sommes-nous ?

 

Recherche

L'Olivier

Archives

Site Annexe activités hors PACA

Pages