Overblog Suivre ce blog
Editer la page Administration Créer mon blog
/ / /

 elisabeth2.jpg

Message pour l'Année sainte Claire

Luca Marcolivio

ROME, lundi 2 avril 2012 (ZENIT.org) – A l’occasion de l’Année sainte Claire, le pape Benoît XVI vient d’adresser à Mgr Domenico Sorrentino, évêque d’Assise, Nocera Umbra et Gualdo Tadino, un message spécial, pour célébrer la figure de la première femme disciple de saint François.

La consécration monastique de sainte Claire eut lieu, selon toute probabilité, en 1211 ou 1212 : c’est donc le VIIIème centenaire de l’événement, pour lequel le diocèse d’Assise a ouvert une année jubilaire. Le choix de Claire, d’une certaine façon, complète « au féminin », la « grâce que la communauté d’Assise avait expérimentée quelques années avant, avec la conversion du fils de Pietro di Bernardone », écrit le pape dans son message pour l’Année Sainte Claire.

Aujourd’hui encore, poursuit le pape, l’ordre des Clarisses, « devenu un arbre robuste, dans le silence fécond des cloitres, continue à semer le bon grain de l’évangile et à servir la cause du Royaume de Dieu ».

Le charisme de Claire et de François «  parle encore à notre génération, et exerce une fascination surtout sur les jeunes » ajoute Benoît XVI, se référant à la XXVIIème Journée mondiale de la jeunesse qui a été célébrée le Dimanche des Rameaux.

Ce n’est pas une coïncidence si la lettre du pape a été publiée justement au début de la semaine sainte : l’histoire de la conversion de Claire, en fait, explique-t-il, « tourne autour de la fête liturgique du Dimanche des Rameaux ». C’est justement lors des vigiles de cette solennité que Claire se serait rendue chez François pour faire de lui le témoin de son choix.

La Legenda Sanctae Clarae virginis (biographie de sainte Claire, ndlr), citée par Benoît XVI, raconte que, le Dimanche des Rameaux, le saint d’Assise ordonna à celle qui allait devenir son disciple de se rendre, « élégante et parée de ses bijoux » parmi la foule, pour ensuite sortir de la ville le lendemain, convertissant ainsi « la joie mondaine en deuil du Dimanche de la Passion ».

C’est ainsi que, alors que les autres fidèles accouraient pour recevoir chacun sa palme, Claire, « par pudeur, resta immobile et l’évêque, descendant alors les marches, alla jusqu’à elle et lui mit une palme dans les mains ».

La nouvelle vie de François avait divisé Assise, entre ceux qui critiquaient durement le choix du fils de Bernardone et ceux qui, au contraire, l’admiraient. Parmi ces derniers, il y avait justement Claire, une adolescente de famille noble qui, en rencontrant le saint, « se laissa emporter par son ardeur pour le Christ ».

A celle qui fut son disciple, François enseigna le « mépris du monde », lui montrant que « l’espérance en ce monde est aride et conduit à la déception » et lui parlant de « la douce union avec le Christ ».

Selon le testament de sainte Claire, c’est François lui-même qui reçut la prophétie de la vocation de sa première fille spirituelle : dans l’église de saint Damien, le crucifix lui parla et lui annonça que « ce lieu serait habité par des femmes qui glorifieraient Dieu avec leur saint mode de vie ».

Claire était une jeune fille très séduisante. Le Pauvre d’Assise, cependant, « lui montra une beauté supérieure, qui ne se mesure pas dans le miroir de la vanité, mais qui se développe dans une vie d’amour authentique, sur les pas du Christ crucifié. Dieu est la véritable beauté ! » poursuit Benoît XVI.

Après s’être coupé les cheveux pour commencer sa vie de pénitente, Claire commença à subir les foudres de son père et d’autres parents. Sa mère Ortolana et deux de ses sœurs, cependant, la suivirent dans son choix de vie monastique. Contrainte à s’enfuir de chez elle pendant la nuit du Dimanche des Rameaux au Lundi saint, Claire fut poursuivie jusqu’au refuge que François lui avait préparé : on tenta de la faire renoncer, mais la jeune fille resta cohérente avec sa décision.

Le pape a ensuite souligné que la vocation de sainte Claire n’aurait pas été possible sans la bénédiction de la part de l’évêque Guido, avec le geste symbolique de la remise de la palme, que nous avons mentionné. L’histoire de François et de Claire, explique Benoît XVI, « manifeste un trait ecclésial particulier ».

Dans cet événement, « se rencontrent un Pasteur éclairé et deux enfants de l’Eglise qui se remettent à son discernement. Institution et charisme interagissent magnifiquement », au point que l’amour et l’obéissance de l’Eglise restent partie intégrante de la spiritualité franciscaine-clarisse.

La vie monastique de sainte Claire demeure intimement liée à Assise et ce fut justement sa prière et celle de ses sœurs qui sauvèrent la ville de la « violence et de la dévastation » dans des circonstances difficiles.

La conversion de Claire, explique le pape, est la « conversion à l’amour » d’une jeune femme qui renonce aux « vêtements raffinés de la noblesse d’Assise » mais conserve « l’élégance d’une âme qui se dépense dans la louange de Dieu et dans le don de soi ».

La sainte d’Assise, pas moins que son mentor et patron d’Assise, est le chantre du « privilège » de la pauvreté, qui « laissa longtemps perplexe le Souverain Pontife, jusqu’à ce qu’il s’incline devant l’héroïsme de sa santité ».

L’exemple de François et de Claire doit être proposé « à l’attention des jeunes d’aujourd’hui », écrit Benoît XVI. La distance qui nous sépare du temps médiéval de leur aventure terrestre « n’a pas diminué la fascination qu’ils exercent », même à notre époque où surabondent les illusions et désillusions « avec les mille attraits d’une vie où tout semble possible et permis ».

Aujourd’hui encore, en fait, il ne manque pas d’exemples de jeunes qui « accueillent l’invitation à se confier au Christ et à affronter avec courage, sens des responsabilités et espérance le chemin de la vie, en faisant même le choix de tout laisser pour le suivre dans un service total de Dieu et de leurs frères », conclut le pape, avant de donner la bénédiction apostolique à tout le diocèse d’Assise, « avec une pensée particulière pour les filles de sainte Claire du protomonastère ». 

Traduction d'Hélène Ginabat

 

 

Partager cette page

Repost 0
Published by

Présentation

  • : Fraternité Franciscaine Séculière
  • Fraternité Franciscaine Séculière
  • : Pour mener une vie fraternelle et évangélique à la manière de François d'Assise, des hommes, des femmes, des foyers se rencontrent et constituent la Fraternité Franciscaine. Ceux qui veulent en faire partie, se retrouvent et construisent, jour après jour, une communauté évangélique. Ce blog est consacré à la région PACA
  • Contact

Qui sommes-nous ?

 

Recherche

L'Olivier

Archives

Site Annexe activités hors PACA

Pages