Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
7 octobre 2009 3 07 /10 /octobre /2009 23:09
 

Fête de saint François d'Assise

Dimanche 4 octobre 2009

 

 

 

"Venez à moi, vous tous qui peinez sous le poids du fardeau, et moi je vous donnerai le repos. Prenez sur vous mon joug et devenez mes disciples, car je suis doux et humble de coeur, et vous trouverez le repos de vos âmes. Oui, mon joug est facile à porter et mon fardeau léger."

(Mt 11,28-30)

 

  • Qu'il est bon d'entendre ces paroles du Seigneur aujourd'hui. Qu'il est bon d'entendre son désir que nous trouvions le repos de nos âmes. C'est bon parce que, chacun de nous, nous cherchons la paix, celle du cœur en particulier, et celle entre nous et dans le monde. C'est bon d'entendre cet appel dans ce quartier de Marseille où se côtoient des Marseillais d'origines, de cultures, de religions si diverses. Et nous le savons bien, des peurs, des étroitesses, des influences peuvent tellement empêcher de trouver la paix fraternelle, celle dont le prophète Michée nous parlait dans la première lecture, celle qui est l'œuvre du Dieu qui brise les lances et les épées.

 

  • "Venez à moi et vous trouverez le repos de vos âmes."

Ce matin, nous rendons grâce pour François d'Assise qui est pour nous un modèle toujours actuel de suite du Christ qui conduit à la paix.

C'est dans sa suite du Christ que François a trouvé la paix et est devenu acteur de paix. Nous aimons sa prière : "fais de nous des instruments de paix". François n'a pas suivi le Christ comme on suit un gourou, de l'extérieur. François s'est voulu ami du Christ. L'appel à reconstruire son Eglise a résonné d'abord en lui-même, qui était déjà le premier Temple de l'Esprit à restaurer. Son amitié pour le Christ s'est transformée en amour de préférence. Le joug de l'amitié, celui du double commandement de l'amour, est devenu le lien spirituel vital et fort qui lui a fait communier à l'immense amour que Dieu porte à la famille humaine. Les stigmates dans sa chair nous éclairent moins par leur côté spectaculaire que par le signe du degré de communion spirituelle qu'il vivait avec son Bien-Aimé, Maître et Seigneur. C'est de là que découlent son choix de la pauvreté, de l'humilité, sa rupture avec l'esprit de consommation matérielle, son amour fraternel pour tout homme reconnu comme aimé de Dieu. Il s'est voulu frère. Il l'est demeuré. Il a suscité une famille spirituelle qui se caractérise par un esprit fraternel le plus universel possible.

 

  • Oui, nous rendons grâce ce matin pour François d'Assise et toute la grande famille issue de sa conversion et de son élan spirituel. Nous en rendons grâce parce que nous reconnaissons là le désir de Dieu d'être reconnu par les tout-petits, parce qu'ils accueillent avec simplicité et étonnement l'amour de Dieu pour eux et qu'ils deviennent à leur tour des contemplatifs de l'amour de Dieu dans le cœur et la vie des tout-petits. Et cela à l'image du Fils bien-aimé qui rend grâce au Père d'avoir choisi de révéler que c'est dans le cœur de chaque être humain que l'œuvre d'amour du Père se propose et s'accomplit.

 

  • Chers amis, mes frères, il ne suffit pas de rendre grâce, il faut aussi que nous nous demandions en vérité : où en sommes-nous de notre amitié réelle pour le Seigneur, de notre suite effective du Christ ? Où en sommes-nous du joug du Seigneur, celui qu'Il a mis sur les épaules de notre cœur pour nous lier à Lui de façon définitive le jour de notre baptême, celui qu'Il nourrit et affermit dans la célébration de l'Eucharistie, celui qu'il guérit et consolide dans le sacrement du pardon, celui qu'Il approfondit et fortifie quand nous vivons de l'amour fraternel ? Que nous faut-il désarmer dans nos vies, dans nos pensées, dans nos comportements ? Quels liens malsains, quels attraits factices nous empêchent de nous unir au Christ et de Le suivre ? Qu'est-ce qui nous empêche de trouver le repos en Lui ? Nous avons ensemble entendu les conseils de Paul aux Romains dans la lecture tout à l'heure. Ils touchaient la vie quotidienne, ils invitaient au pardon des ennemis, ils nous invitaient à être des amis de la paix. "S'il est possible, pour autant que cela dépend de vous. Vivez en paix avec tous les hommes". "Ne vous laissez pas vaincre par le mal, mais soyez vainqueurs du mal par le bien".

 

Mes amis, mes frères, le témoignage de notre amour des hommes et de la communion entre nous est profondément évangélique.

En cette fête de saint François, en cet anniversaire des 800 ans de la Règle franciscaine, demandons au Seigneur de désarmer en nous ce qui résiste à l'amour pour Lui et à l'amour pour tout homme. L'Eucharistie est notre grande prière d'action de grâce pour Celui qui a aimé tous les hommes jusqu'au bout, Lui qui ne cesse de redire à chacun : "Venez à moi vous tous qui peinez sous le poids du fardeau et vous trouverez le repos de vos âmes. Car je suis doux et humble de coeur".

 

Georges PONTIER

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

  • : Fraternité Franciscaine Séculière
  • Fraternité Franciscaine Séculière
  • : Pour mener une vie fraternelle et évangélique à la manière de François d'Assise, des hommes, des femmes, des foyers se rencontrent et constituent la Fraternité Franciscaine. Ceux qui veulent en faire partie, se retrouvent et construisent, jour après jour, une communauté évangélique. Ce blog est consacré à la région PACA
  • Contact

Qui sommes-nous ?

 

Recherche

L'Olivier

Archives

Site Annexe activités hors PACA

Pages