Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
5 octobre 2008 7 05 /10 /octobre /2008 12:42
Solennité de Saint-François d’Assise
Homélie du 5 Octobre 2008 – Marseille

C’est ainsi que Jésus se définit lui-même quand il invite ceux qui peinent sur la route à le suivre. La douceur et l’humilité de Jésus conduisent au repos.
François d’Assise a été saisi par cette douceur et par cette humilité du Christ qui nous révèlent le visage du Père. Reprenons, frères et sœurs, quelques éléments de la vie de François pour les mettre en lien avec l’évangile de ce jour et les deux autres lectures.




Quand François chante la douceur de Dieu, c’est au lendemain des stigmates, sur l’Alverne. Le cœur et le corps meurtris, transpercés ne laissent jaillir que la louange. François a rencontré son Dieu ou plutôt il s’est laissé rencontré par Lui. Les premiers frères ont toujours été saisis par cet événement humainement incompréhensible. Ils en ont cherché la source. La légende des trois compagnons fait remonter cette source à la rencontre du crucifix dans la petite chapelle de St Damien. Vous vous souvenez de cet épisode : François découvre, alors qu’il est en prière devant le crucifix, que c’est le Christ lui-même qui lui parle. Le crucifié n’est pas une image mais une personne qui parle au cœur de François. Les biographes disent que c’est alors que le cœur de François est marqué à jamais par la passion du Christiii : il est comme stigmatisé intérieurement. L’événement de l’Alverne rendra extérieur ce qui s’est réalisé intérieurement à Saint-Damien. Vous voyez le lien que l’on peut faire avec la 1° lectureiv : ce témoin qui répare la maison de Dieu découvre la gloire de Dieu : Dieu se révèle à lui dans cette humble maison de prière. Claire et ses sœurs continueront ce même chemin spirituel. Voilà la 1° source de la douceur : c’est l’expérience de l’amour de Dieu qui trouve son achèvement dans le don du Christ sur la croix. « Nous te bénissons d’avoir racheté le monde par ta sainte croix ».
Il est une 2° source de la douceur que l’on peut découvrir dans le Testament quand François parle de son service auprès des lépreux. « Le Seigneur me conduisit parmi eux et je leur fis miséricorde. Et ce qui était amer s’est transformé en douceur pour l’âme et le corpsv ». Là aussi, François se laisse conduire ; et le geste de miséricorde, de service, devient un passage, celui de l’amertume à la douceur. Comme le peuple hébreu qui accueille la douceur de l’eau donnée par Dieu après avoir souffert de l’amertume des eaux du désertvi. François quitte son désert relationnel pour entrer dans la relation à ceux que le Seigneur lui fait rencontrer : les lépreux à ce moment de sa vie. Et le fruit de cette rencontre est la douceur. Nous pouvons faire le lien avec la 2° lecture (Paul aux Romainsvii) qui fait l’éloge de la simplicité. Voici une attitude qui va bien avec la douceur. Un cœur simple est un coeur qui n’est pas compliqué parce qu’il est uni et non partagé. La simplicité du cœur est une clef qui permet d’être en relation avec soi-même et avec les autres : « soyez d’accord entre vous, laissez vous attirer par ce qui est simpleviii ». La douceur, la simplicité vont de paire avec la pureté du cœur. Voilà cette 2° source de la douceur : c’est la rencontre pacifiée avec les autres.
Quand François chante la douceur de Dieu, il l’a contemplée dans le Christ, mais aussi il l’a expérimentée dans sa relation à Dieu et dans sa relation aux autres.

Quelques mots sur l’humilité. Il s’agit bien sûr de l’humilité du Christ. Pour François, comme pour Claire, vivre l’évangile de NSJC, c’est vivre la pauvreté et l’humilité de NSJC et de sa très sainte mèreix. Pauvreté et humilité sont associés dans le vocabulaire et l’expérience François. Nous chantons souvent la pauvreté et l’humilité en allant de Greccio à l’Alverne, c’est à dire de la crèche à la croix : deux moments où cette pauvreté et cette humilité sont perceptibles. Mais François a un regard beaucoup plus large. Tant dans le chap 23 de la 1°R que dans la 1° parle de la 2° lettre à tous les fidèles, François chante le mystère du Christ dans sa totalité, dès avant la création et jusque dans son élévation où il siège à la droite du Père. La vie du Christ n’a de sens que dans la relation à son Père. L’évangile de ce jour nous dit cette louange constante de Jésus à son Père et chante cette proximité de Dieu auprès des hommes, notamment des plus petits, qui se réalise en la personne de Jésus. François accueille cette proximité qui nous révèle le visage du Père. Cette proximité se prolonge chaque jour dans le mystère eucharistique : « voyez frères, dit-il, l’humilité de Dieu et humiliez-vous aussi devant lui.x » L’humilité n’est pas l’humiliation mais l’accueil de notre réalité humaine de créature et l’accueil de Jésus qui vient, très simplement et très pauvrement, nous révéler, jour après jour, le visage d’amour miséricordieux de son Père.

« Je suis doux et humble de cœur, devenez mes disciplesxi ». Alors, frères et sœurs, découvrons toujours plus Jésus avec l’aide de François. Prenons, dans notre vie, le chemin de la douceur et de l’humilité, c’est le chemin de Dieu.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

  • : Fraternité Franciscaine Séculière
  • Fraternité Franciscaine Séculière
  • : Pour mener une vie fraternelle et évangélique à la manière de François d'Assise, des hommes, des femmes, des foyers se rencontrent et constituent la Fraternité Franciscaine. Ceux qui veulent en faire partie, se retrouvent et construisent, jour après jour, une communauté évangélique. Ce blog est consacré à la région PACA
  • Contact

Qui sommes-nous ?

 

Recherche

L'Olivier

Archives

Site Annexe activités hors PACA

Pages