Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
10 octobre 2008 5 10 /10 /octobre /2008 20:16

L’été 2008 a été marqué par un pèlerinage de la fraternité franciscaine séculière de la région PACA à Assise.

Le premier pèlerinage vers Assise pour beaucoup dans ce groupe joyeux, un pèlerinage familier pour d’autres, le désir commun de s’approcher du Seigneur dans les pas de François, dans la paix et la beauté de sa terre natale.

Une organisation solide et une connaissance pétrie d’amour ont précédé et accompagné ce pèlerinage, ouvrant la porte à toute sa dimension de découverte, d’approfondissement, de joie. Tout aussi fortes que notre présence physique sur les lieux où a vécu François, les paroles de frère Jean-Pierre Lauvergeon ont nourri nos réflexions et nous ont fait approcher l’intensité de son cheminement vers le Christ.

Un bus luxueux a avalé les kilomètres que François traversait à pied, mais rempli de chants, des prières et des réflexions partagés, cet habitacle était plein de la même joie, du même élan qui a porté des millions de frères, de pèlerins qui ont suivi François. En quittant la France, il y avait un arrêt à Marseille, puis Aubagne, puis Nice et nous voilà ensemble, faisant connaissance et confiance. Dès le début nous sommes portés par les paroles de Jean-Pierre, qui nous fait entrer en pèlerinage par la lecture et la méditation de l’évangile de la parabole du Semeur.

Ceux qui connaissent Assise savent la paix et la beauté intacts qui émanent. Ceux qui ne sont pas encore allés se demandent si les siècles depuis François n’auront pas terni la simplicité, la beauté de la nature et l’harmonie de la co-existence avec l’homme, et craignent une déception. Ils ne seront que plus comblés, plus encore atteints par l’essentiel du lieu, de la spiritualité franciscaine qui y a pris sa source, s’y est épanouie, et rayonne fort et clair aujourd’hui et demain.

Quelle joie de pouvoir prendre part.

Ce pèlerinage 2008 s’est abrité chez les sœurs Alcantarines, en face de la maison de Bernard de Quintavalle. Nous étions bien chez les sœurs, où nous avons pu participé à leurs offices, profité de leur jardin frais et propice au repos, partage et réflexion, et apprécié leur bonne et généreuse cuisine.

Le programme – comment ont-ils pu faire le choix entre tout ce qui propose à celui qui se dirige à Assise ? Laisser le temps de bien appréhender chaque lieu rencontré, et néanmoins en rencontrer beaucoup ? De ces choix et de cette organisation ressort une sensation de grand temps, d’infinie lenteur et profondeur, d’accès à l’essentiel, d’un début.

Lundi

Nous avons commencé par Assise elle-même, par arpenter les rues jusqu’à la basilique de Saint François, où nous avons débuté notre pèlerinage par la messe au tombeau de Saint François. Nous avons prié ensemble en cette présence. Les lectures, les paroles de Jean-Pierre, les chants et les silences nous ont profondément marqués.

La basilique ornée de ses magnifiques fresques a exprimé toute sa dimension spirituelle grâce à une longue et fascinante explication donnée par un frère conventuel. Se servant des fresques pour illustrer ses paroles, ce frère italien a parlé clairement et simplement de la vie et de l’enseignement de François, ouvrant une grande porte derrière la beauté de l’art.

L’après-midi, à pied depuis la maison des sœurs, nous nous sommes rendus à Saint Damien, blotti dans la campagne, lieu de paix et de prière, de la présence de Sainte Claire et de François. Puis, petit saut en car jusqu’à Rivo Torto, où nous avons découvert (ou revu) cet humble abri où la vie en fraternité a fait ses premiers pas.

Mardi

Nous sommes allés à Sainte Marie de la Porzioncule, la minuscule et précieuse Portioncule où François a conduit ses 12 frères après que Rivo Torto a été approprié par un paysan et son âne. La Portioncule, que François aimait particulièrement, que François avait aussi réparé, comme San Damiano, et où il avait compris sa vocation en entendant l’évangile de Mathieu « vas, vends tout ce que tu as, donne-le aux pauvres, et tu auras un trésor dans le ciel ». La Messe qui a démarré notre journée était célébrée dans cette Portioncule si remplie de la présence de François et à travers lui, de son Seigneur et le notre. Nous avons vécu un moment très fort, très marquant dans la Porzioncule, et avons quitté la petite chapelle le cœur transformé. Nous avons passé la matinée sur ces lieux où François a vécu et où il est mort, des lieux maintenant contenus à l’intérieur de la grande église de Sainte Marie des Anges. Nous avons profité de l’enseignement sur cette étape de la vie de François préparé par le diocèse de Dignes.

Mardi après-midi le bus nous a fait traverser de belles campagnes ombriennes pour aller à la rencontre entre François et le loup de Gubbio. Nous avons pu nous recueillir dans la basilique franciscaine et nous promener à Gubbio, imaginant cette ville au 13e siècle au moment de la paix apportée par François.

Le mercredi

Ont commencé deux jours de découverte des ermitages si rudes et magnifiques où François s’approchait du Christ. Des lieux – comme la Porzioncule, comme Rivo Torto – forts de sa présence, de son travail, ses difficultés et de ses joies. Des lieux rendus complètement vivants grâce aux enseignements donnés par Jean-Pierre et qui nous faisaient cheminer dans l’intelligence du cœur et de l’esprit.

Les trajets en car servaient de moments de partage, instants osés de réflexions sur François et le Christ qu’il nous fait comprendre.

L’ermitage de Greccio, rendu facile par le car et le beau temps, imaginé à pied et au temps de Noël… Nous avons médité le mystère de Noël, émus d’être à Greccio où François a crée la crèche pour revivre la naissance du Sauveur.

Deux autres ermitages dans l’après-midi, Fonte Colombo d’abord, où François s’est retiré pour rédiger sa règle. Aidés par le commentaire préparé par le diocèse de Nice, nous nous approchions de la recherche de François et de son émerveillement devant la beauté de la création.

Ensuite la Foresta, envahis par la paix et la beauté de cet endroit.

Le dernier jour

de notre pèlerinage, qui allait crescendo depuis le début, était consacré à vivre l’Alverne. Guidés en cela par l’enseignement de Jean-Pierre, accompagnés par l’émouvante préparation du diocèse de Marseille, nous avons approché ce haut lieu, conscients de la rencontre de François avec son Seigneur. Nous y avons vécu un temps extraordinaire, libres de nous rendre dans chaque endroit de cet ermitage où François se retirait, privilégiés, encore une fois, d’avoir la Messe dans la Chapelle des Stigmates, participant chacun avec nos intentions.

Après l’Alverne, nous sommes retournés à Assise, avons refait l’itinéraire du parking du bus à la rue étroite des Alcantarines. Ce chemin nous amenait chaque jour à contempler les collines d’oliviers, à embrasser du regard la ville, à longer la basilique Sainte Claire, à l’intérieur de laquelle nous avions prié devant le Crucifix de Saint Damien. Chaque jour nous nous arrêtions sur la grande esplanade devant Sainte Claire, pour s’attendre, pour apprécier. Nous passions chaque jour devant la petite place où François s’était remis à son Père céleste et ensuite nous nous enfoncions dans les rues étroites où ses rires et ses salutations résonnent encore dans nos cœurs. Nous rentrions donc après l’Alverne chez les sœurs Alcantarines pour la dernière fois de ce pèlerinage si riche d’expériences et d’enseignements.

Heureux aussi de la paix chez les sœurs, nous avons mis à profit notre dernier soir ensemble pour faire une veillée. Les talents de comédiens, de chanteurs, de partageurs de joie ont été mis au service de tous et nous avons dignement rendu hommage aux moments très forts qui nous ont façonné à tout jamais.

Tiers Ordre à Assise

Connaissez-vous la Fraternité Saint Damien ?
Qu'a-t-elle fait du 18 au 23 août 2008?






















  Après le partage de l’Eucharistie avec ceux qui ne pouvaient pas venir avec nous, nous étions 16 de la Fraternité St Damien, récemment instituée, à partir ce lundi 18 août 2008 vers Assise, sur les pas de St François.

Programme très riche et intense où enseignements sur la vie de St François et sa spiritualité, Eucharisties et temps de recueillement avaient été minutieusement choisis. Un livret pour chacun nous a permis de suivre, chaque jour, les évènements essentiels relatifs aux lieux où St François et Ste Claire ont vécu et de participer à la liturgie quotidienne : merci à nos frères et sœurs qui l’ont préparé avec amour !

Le 18 août à Assise : après quelques 600 kms, nous avons évoqué dans la ville d’Assise la jeunesse de François, insouciante et dépensière.

Le 19, à Saint Damien : lieu de son appel et de sa conversion où il entend l’ordre du Christ : « va et répare ma maison qui tombe en ruine. ». Lieu très émouvant qui fait résonner en nous cet appel profond que le Christ nous adresse dans le silence du cœur : que réparer et comment réparer ce qui est « faussé » ou « croule » en nous ? Nous terminons la journée par la visite des basiliques Sainte Claire et Saint François.

Le 20 à la Portioncule : chapelle délabrée que François entreprend de réparer et où, en la fête de Saint Mathias, il entend et met immédiatement en pratique l’évangile de « l’envoi en mission » (Mt 10/8-10).

Le 21, la vallée de Rieti et ses Ermitages : lieux propices au recueillement pour mieux comprendre les longs moments de prière de François dans la solitude.

Le 22, les Carceri : site où François se retirait souvent pour prier dans la solitude et où nous avons réfléchi à la prière et la notion d’obéissance et de soumission – soumis à soi-même, soumis aux autres, soumis au monde. L’expérience de François nous éclaire sur la manière de vivre en Frères.

Le 23, après la messe à la chapelle des larmes concélébrée avec Fr Francesco, nous sommes partis à l’Alverne, sanctuaire érigé dans les massifs montagneux où François reçoit les Stigmates de la Passion.

Aux Carceri, le vendredi après-midi, moment privilégié, intense, fort, imprégné de sérénité et de joie mêlées d’émotion où, après ce temps de discernement, cinq d’entre nous (Père Patrick, Marie-Claire, Isabelle, Francine, Marie-Claire) ont exprimé leur désir d’entrer et ont été accueillis dans l’Ordre Franciscain Séculier pour « vivre avec plus d’attention et de soin la grâce et la consécration baptismale, pour suivre Jésus-Christ selon les enseignements et les exemples de Saint François d’Assise ». Ce même jour, Simone a fêté ses 35 années de fidélité et d’obéissance à son engagement.

Sois remercié Seigneur, pour tous ces dons, joies et bienfaits reçus durant ces quelques jours bénis. Aide-nous à les faire fructifier pour les vivre intensément et à persévérer afin d’être au milieu du monde un ferment de vie évangélique.

Francine Pinaux

Partager cet article

Repost 0
Published by - dans PACA
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Fraternité Franciscaine Séculière
  • Fraternité Franciscaine Séculière
  • : Pour mener une vie fraternelle et évangélique à la manière de François d'Assise, des hommes, des femmes, des foyers se rencontrent et constituent la Fraternité Franciscaine. Ceux qui veulent en faire partie, se retrouvent et construisent, jour après jour, une communauté évangélique. Ce blog est consacré à la région PACA
  • Contact

Qui sommes-nous ?

 

Recherche

Archives

Site Annexe activités hors PACA